Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Washington : un membre du Ku Klux Klan voulait attaquer la Maison Blanche aux rayons X

PULASKI, TN - JULY 11: A member of the Fraternal White Knights of the Ku Klux Clan participates in the 11th Annual Nathan Bedford Forrest Birthday march July 11, 2009 in Pulaski, Tennessee. With a poor economy and the first African-American president in office, there has been a rise in extremist activity in many parts of America. According to the Southern Poverty Law Center in 2008 the number of hate groups rose to 926, up 4 percent from 2007, and 54 percent since 2000. Nathan Bedford Forrest was a lieutenant general in the Confederate Army during the American Civil War and played a role in the postwar establishment of the first Ku Klux Klan organization opposing the reconstruction era in the South.   Spencer Platt/Getty Images/AFP
PULASKI, TN – JULY 11: A member of the Fraternal White Knights of the Ku Klux Clan participates in the 11th Annual Nathan Bedford Forrest Birthday march July 11, 2009 in Pulaski, Tennessee. With a poor economy and the first African-American president in office, there has been a rise in extremist activity in many parts of America. According to the Southern Poverty Law Center in 2008 the number of hate groups rose to 926, up 4 percent from 2007, and 54 percent since 2000. Nathan Bedford Forrest was a lieutenant general in the Confederate Army during the American Civil War and played a role in the postwar establishment of the first Ku Klux Klan organization opposing the reconstruction era in the South. Spencer Platt/Getty Images/AFP

-Un Américain de 51 ans, membre du Ku Klux Klan, est jugé depuis lundi 17 août pour avoir voulu utiliser une arme expérimentale à rayons X afin de tuer des musulmans et d’attaquer la Maison Blanche.

« Hiroshima au bout des doigts ». Voilà le surnom donné par Glendon Scott Crawford, un Américain de 51 ans, membre du Ku Klux Klan, à l’arme à rayon X qu’il a fabriqué lui-même. Originaire de Providence, sur la côte est des Etats-Unis, cet ancien employé de General Electric a élaboré de ses mains le dispositif expérimental avec lequel il projetait de tuer des Musulmans et d’attaquer le Maison Blanche. Il est jugé depuis lundi 17 août par un tribunal près de New York et risque jusqu’à 15 ans de prison.

 Eliminer les ennemis d’Israël. »

A la mi-avril, l’homme avait contacté des associations juives pour leur exposer son objectif, pensant obtenir leur collaboration. Kathryn Laws, membre d’une des associations, se souvient, dans les colonnes de l’Albany Times Union, d’une « personne très instable » qui lui a proposé de se servir de son « Hiroshima au bout des doigts » pour « éliminer les ennemis d’Israël. » Ce sont les membres de la Fédération juive du nord-est de New-York, également « démarchés » par Glendon, qui alertent le FBI. Après plusieurs mois d’enquête, il est arrêté en juin 2013.

Le canon n’a jamais fonctionné

Dans des enregistrements, le quinquagénaire évoque l’organisation suprématiste blanche Ku Klux Klan à plusieurs reprises et déclare que l’islam est « une maladie de l’ADN humain ». Glendon pensait se servir de son arme comme moyen de défense contre le terrorisme. Les agents du FBI précisent que l’arme n’a jamais été en état de fonctionner. Même si la réalisation de ce canon n’a jamais été possible, et qu’aucune vie n’a jamais été en danger, Crawford, poursuivi pour trois chefs d’accusation, risque jusqu’à 15 ans de prison.

M6info/AFP

Translate »