Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Vidéo : le chant raciste d’une confraternité étudiante dans l’Oklahoma scandalise les États-Unis

OU-logo-red-with-L’Université de l’Oklahoma aux États-Unis a expulsé lundi l’une des plus importantes fraternités étudiantes de son campus, nommée Sigma Alpha Epsilon (SAE), après la diffusion d’une vidéo qui montre certains de ses membres entonner une chanson violemment raciste.

Les États-Unis se délivreront-ils jamais de leur passé raciste et ségrégationiste ? Après lesmeurtres de personnes noires non armées pas des policiers blancs qui secouent régulièrement le pays, des étudiants blancs de l’université d’Oklahoma appartenant à la fraternité “Sigma Alpha Epsilon” se sont filmés entonnant un chant violemment raciste dans un bus. La vidéo a été publiée dimanche 8 mars sur internet, provoquant un énième malaise sur la question raciale aux États-Unis.

Dans cette séquence, qui dure neuf secondes, on voit de jeunes hommes et une jeune femme blonde chanter : “On n’admettra jamais de nègre dans notre fraternité. Vous pouvez le pendre à un arbre, mais jamais son nom sera collé au mien”.

Mise en ligne sur YouTube dimanche par l’Unheard Movement, une association africaine-américaine de l’université fondée suite à la mort de Michael Brown à Ferguson, la vidéo s’est répandue comme une trainée de poudre. L’université de l’Oklahoma n’a d’ailleurs pas tardé à réagir et a décidé lundi 9 mars d’expulser la confrérie, qui est l’une des plus importantes de son campus.

Le président de l’université de l’Oklahoma, David Boren, a assuré que “si d’aventure des étudiants de l’université étaient impliqués (dans la vidéo), ce comportement ne serait pas toléré”. “Ce type de comportement est contraire à toutes nos valeurs”, a-t-il ajouté.

50 ans après la marche de Selma

Des dizaines d’étudiants de l’université se sont rassemblés lundi matin devant l’établissement pour dénoncer l’attitude raciste des étudiants de la vidéo, dans un contexte racial très tendu. La polémique intervient par ailleurs 48 heures après les célébrations du 50e anniversaire de la marche de Selma, dans l’Alabama, une date cruciale dans l’histoire de la lutte pour les droits civiques.

De son côté, la direction du réseau Sigma Alpha Epsilon, présent sur plusieurs dizaines de campus et qui compte 15 000 membres à travers les États-Unis, a présenté ses excuses à travers un communiqué qualifiant le chant “d’inacceptable” et de “raciste”. Selon la chaîne locale KOCO, les membres de la fraternité devaient avoir quitté le bâtiment qu’ils occupaient sur le campus avant lundi soir minuit.

(Avec AFP)

Translate »