Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

tunisie-attentat-suicide-dans-le-centre-ville-de-tunis

Tunisie : attentat-suicide dans le centre-ville de Tunis

Afrique

Tunisie : attentat-suicide dans le centre-ville de Tunis

Vidéo par Lilia BLAISE

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/10/2018

Au moins neuf personnes, dont huit policiers, ont été blessées dans une attaque-suicide perpétrée lundi, sur l’avenue Bourguiba, dans le centre-ville de Tunis. Le dernier attentat dans la capitale remonte à novembre 2015.

Une femme s’est fait exploser, lundi 29 octobre, en début d’après-midi, sur l’avenue Habib Bourguiba, la principale artère du centre de Tunis, à proximité de véhicules de police, a indiqué le ministère de l’Intérieur.

Selon les autorités, neuf personnes ont été blessées, dont huit policiers. D’après des témoins, la déflagration s’est produite à proximité du Théâtre municipal, en plein centre-ville, où les forces de l’ordre établissaient un cordon de sécurité.

Cette femme, âgée de 30 ans, n’était pas considérée comme “extrémiste” par les services de sécurité, a par la suite précisé le ministère dans un communiqué, sans autre précision sur son identité.

Selon Sébastien Boussois, chercheur en relations internationales interrogé sur France 24, la kamikase viendrait de Mahdia, une ville côtière à 200 kilomètres de Tunis. Toujours selon le chercheur, l’attentat aurait été perpétré avec une grenade’.

Sébastien Boussois, chercheur en relations internationales

Atmosphère chaotique

Lilia Blaise, la correspondante de France 24, était sur place au moment de l’explosion. “Pour l’instant, il n’y a que des blessés mais pas de morts confirmés. On a vu les ambulances repartir. La police tente de disperser les piétons”.

Attentat en Tunisie: la police scientifique sur l’avenue Bourguiba

Sur place, une journaliste de l’AFP a pu voir le corps sans vie de la kamikaze. Plusieurs ambulances et d’importants renforts de police sont arrivés sur les lieux et le secteur a été immédiatement bouclé, d’après la même source. De nombreuses boutiques de cette avenue commerçante ont rapidement baissé leurs rideaux, dans une atmosphère chaotique, toujours selon l’AFP.

Premier attentat depuis novembre 2015

Il s’agit du premier attentat à secouer la capitale tunisienne depuis le 24 novembre 2015 quand une attaque-suicide, commise là aussi en plein centre-ville contre un bus de la garde présidentielle avait tué 12 agents. Cette attaque avait été revendiquée par le groupe jihadiste État islamique (EI). “C’est bien un miracle qu’il n’y ait pas eu un attentat sur l’avenue Bourguiba [depuis 2015, NDLR] parce que c’est le cœur névralgique du pays et le lieu symbolique de la contestation et de la révolution. La situation était relativement contenue”, explique Sébastien Boussois.

Quelques mois plus tôt, le 18 mars 2015, toujours à Tunis, deux hommes avaient ouvert le feu à l’arme automatique sur des touristes qui descendaient d’autocars pour visiter le musée du Bardo, avant de les pourchasser dans le bâtiment. Vingt-et-un touristes et un policier tunisien avaient été tués dans cet acte également revendiqué par l’EI, tout comme l’attentat perpétré par un kamikaze en juin de la même année sur une plage et contre un hôtel près de Sousse (est), qui avait coûté la vie à 38 touristes.

Avec AFP

Première publication : 29/10/2018

L’origine de l’article >>

Translate »