Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Triste inventaire

Les violences perpétrées par les groupes armés à travers la RD Congo entre 1993 et 2003 ont été minutieusement recensées par le Haut-Commissariat aux droits de l’homme de l’ONU, dans un rapport destiné à servir de base à l’élaboration d’un tribunal spécial.

Dans un rapport confidentiel de plus de 500 pages dont Jeune Afrique s’est procuré copie, le Haut-Commissariat aux droits de l’homme de l’ONU dresse l’inventaire des principales violations des droits de l’homme et du droit humanitaire international commises en RD Congo entre 1993 et 2003. Il a recensé 617 incidents violents, classés par provinces, dans l’ordre chronologique et par types de crimes. Fruit d’un an de travail, le répertoire, d’une exhaustivité et d’une précision rares, va de la persécution des Kasaïens dans le Katanga (1993-1994) au conflit en Ituri (2003), en passant par les massacres de réfugiés hutus au lendemain du génocide rwandais. Le document doit servir de base à la mise en place de mécanismes judiciaires adaptés, comme la création d’un tribunal – international ou mixte – et d’une commission vérité et réconciliation. Si les noms des groupes armés sont cités, les informations sur l’identité des auteurs présumés de certains crimes, « consignées dans une base de données confidentielle », n’apparaissent pas dans le rapport. Le Haut-Commissariat attend l’aval de la RD Congo et du Rwanda, les deux pays dont les armées sont le plus mentionnées, avant de le rendre public.

Translate »