Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Sport:Les footballeurs togolais mitraillés à leur arrivée en Angola

Source: Jeune Afrique

Le car des joueurs togolais a été mitraillé à son arrivée en Angola pour la Coupe d’Afrique des Nations. Il y aurait plusieurs blessés d’après les premiers témoignages.

Joueurs-Togolais

Joueurs-Togolais

Le car transportant les joueurs de la sélection togolaise de football, qui se rendaient à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), a été mitraillé par des rebelles alors qu’il passait la frontière entre le Congo-Brazzaville et l’Angola.

D’après l’attaquant togolais Thomas Dossevi, deux joueurs auraient été blessés par balle : Serge Akakpo et Kodjovi Obilalé.

De même source, au moins quatre membres du staff auraient également été touchés dans l’attaque.

“On a pris une rafale à l’avant du bus”

“On a été mitraillé à la sortie du Congo, on a reçu des balles, on rentrait dans l’Angola, on a pris une rafale à l’avant du bus et on s’est tous couchés, a expliqué Dossevi à l’AFP. Il y a deux joueurs blessés.”

“Un a pris une balle dans le dos, un autre dans les reins, a-t-il poursuivi. L’entraîneur des gardiens et le docteur ont été touchés. Certains sont gravement blessés. On n’a pas de nouvelles, ils sont dans un hôpital à Cabinda.”

Interrogé par l’AFP, le Comité d’organisation de la CAN (COCAN) assurait qu’un pneu du bus avait éclaté, déclenchant un mouvement de panique.

“C’est un scandale de dire ça, on a vraiment été mitraillés, si on avait pu prendre des photos, des images, ce serait déjà sur internet”, s’est emporté Dossevi.

“On avait rempli les formalités, avait précisé plus tôt Dossevi sur Infosport. On était encadré par la police. Tout était clean. Il y a eu un mitraillage puissant. La police a riposté.”

Kodjovi Obilalé particulièrement touché

“On se serait cru à la guerre, avait confié Dossevi sur Infosport. On est choqué. Quand on sort du bus, on se dit “pourquoi nous?” On n’a pas beaucoup envie de jouer la CAN. On pense aux copains, aux joueurs blessés.”

“On n’a pas de nouvelles” d’Obilalé, “il saignait beaucoup, a-t-il ajouté à la télévision. “Prendre des balles pour un match de foot, c’est dégueulasse”, a insisté Dossevi.

La sélection togolaise était pourtant escortée par les autorités togolaises. L’équipe venait du Congo-Brazzaville, où elle avait effectué un stage de préparation, et venait de pénétrer dans l’enclave de Cabinda pour y disputer les premières rencontres de la CAN.

Ce territoire, détaché du reste de l’Angola et enclavé entre la RD Congo et le Congo-Brazzaville, connaît des violences séparatistes depuis l’indépendance de l’Angola en 1975.

Le Togo devait jouer son premier match à Cabinda lundi 11 janvier face au Ghana. C’est aussi dans cette enclave que plusieurs matchs du Groupe B (dont la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso font aussi partie) doivent avoir lieu, ainsi que l’un des quarts de finale de la compétition. (Avec agences)

Translate »