Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

SIDA: Vers une inversion de la courbe du SIDA

Ruban-SIDA – Le rapport annuel de l’ONU SIDA publié se veut très optimiste. Selon l’organisation, l’épidémie de sida aurait été stoppée et sa courbe inversée et la course à l’accès universel au traitement en passe d’être gagnée.

Diminution des infections et de la mortalité

L’ONU SIDA estime à 2,3 millions le nombre de nouvelles infections à VIH chez les adultes et les enfants survenues en 2012, soit une diminution de 33 % par rapport à 2001. C’est chez les enfants que le recul est le plus impressionnant, les nouvelles infections ayant été réduites de 52 % depuis 2001. Les décès liés au sida sont eux aussi en nette diminution, puisque par rapport au pic de mortalité de 2005, les chiffres sont en baisse de 30 %.

Enfin les décès liés à la tuberculose des personnes infectées par le VIH ont diminué de 36 % depuis 2004.

Vers l’accès universel aux traitements ?

L’ONU SIDA nous apprend que ce sont  9,7 millions malades vivant dans les pays pauvres qui ont désormais accès au traitement antirétroviral, ce qui représente une augmentation de près de 20 % en une seule année.

En 2011, les États membres de l’ONU avaient approuvé l’objectif pour 2015 de fournir un traitement à 15 millions de patients, mais les nouvelles directives de l’Organisation mondiale de la Santé portent l’estimation du nombre de séropositifs devant bénéficier d’un traitement à 25 000 000 ! Michel Sidibé, Directeur exécutif de l’ONUSIDA pense d’ailleurs que ces nouveaux objectifs sont atteignables : « Non seulement nous faut-il atteindre l’objectif fixé pour 2015 de mettre 15 millions de personnes sous traitement contre le VIH, mais nous devons aussi aller plus loin et avoir la vision et la volonté de nous assurer qu’il y a pas de laissés pour compte ».

Augmentation des dépenses

L’ONU SIDA se félicite également que  les dépenses nationales consacrées à la lutte contre le sida ont augmenté et représentent 53 % des ressources mondiales allouées pour combattre la maladie en 2012.

Pour cette même année, les dépenses totales ont été estimées à 18,9 milliards de dollars.

Encore le spectre de la discrimination

Malgré ces pas de géant, le rapport souligne que le respect des droits humains n’est toujours pas garanti pour les sidéens, que l’accès des personnes les plus exposées au risque d’infection aux services de prise en charge du VIH est souvent difficile, en particulier pour les femmes et les toxicomanes.

Et l’organisation de noter que l’inégalité entre les sexes, les lois punitives et les mesures discriminatoires sont les principales entraves au combat contre le VIH.

jim.fr

Translate »