Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

scotch-cuisine-extra-forte-et-the-hairy-bikers-deux-emissions-culinaires-decalees

« Scotch Cuisine Extra Forte » et « The Hairy Bikers » : deux émissions culinaires décalées

Canal+ et Netflix à la demande, séries culinaires

Après avoir racheté Cuisine TV en 2011, l’avoir rebaptisée Cuisine+ puis fait disparaître des écrans en 2015, le Groupe Canal+ relance un programme culinaire, « Scotch Cuisine Extra Forte », à l’antenne chaque samedi à 13 heures depuis le 22 septembre et disponible sur les services de rediffusion à la demande de Canal+.

La chose, présentée par la chaîne cryptée comme une émission « d’utilité publique », est animée par Franck Morello, candidat à la neuvième édition de « Top Chef », en début d’année, éliminé dès le premier numéro du concours culinaire de M6. Sur Internet, le jeune chef, formé aux pianos de quelques palaces parisiens, s’est en revanche fait davantage connaître par ses vidéos sur YouTube.

Scotch-Man fait ses courses à la supérette du coin, achetant des horreurs sous cellophane

Look « destroy » improbable, franglais débité à grande vitesse, tutoiement du téléspectateur, on y voit « Scotch-Man » – son nom de scène –, dans sa propre cuisine, faire l’apologie de la mayonnaise industrielle et d’une marque de chips dont la prescription au jeune public censé suivre ses conseils n’est pas véritablement recommandable pour la santé publique.

L’émission de Canal+ garde autant que possible, et avec quelques moyens supplémentaires, cet esprit « amateur », cette fois dans une cuisine et une petite salle à manger de studio qu’on gagne en passant à travers le frigo. Scotch-Man fait ses courses à la supérette du coin, achetant des horreurs sous cellophane. Mais il lui arrive aussi, et c’est tant mieux, de s’approvisionner au marché d’Aligre, à Paris (12e), pour la confection, avec des ingrédients nobles, d’un burger hypercalorique.

Artificieuse familiarité

Un peu moins survolté que sur YouTube, Franck Morello ne délaisse cependant pas le ton et le lexique présumés « caillera » : couper devient « keutter », un steack un « keusté ». Et le cuistot en survêtement s’adresse au téléspectateur avec moult « frérot », « mon pote », « poto » et autres « mon frère ». Depuis Sœur Emmanuelle, qui avait cette détestable habitude de tutoyer tout le monde, on n’a pas vu plus artificieuse et déplaisante familiarité.

En matière d’émissions culinaires, le ton « décalé » n’est pas nouveau. Ce type de cuisine de « potes » sans grand budget existait déjà au début des années 2000, dans « Pop Cuisine » que présentait, avec tutoiement jeuniste de rigueur, le cuisinier américain George Duran, sur Cuisine TV. Les premières émissions de Jamie Oliver tentaient aussi, par un ton décontracté, de s’adresser à un public a priori peu enclin à passer du temps aux fourneaux.

Le rappeur et chef Action Bronson n’hésite pas à se faire une inhalation de haschisch et épinards pour se mettre dans l’ambiance

On a aussi vu une créature gothique bijoutée et en stilettos lacés, la Canadienne Nadia Giosia, mener de main de maîtresse (dominatrice) « Chaud devant », un programme qui pouvait surprendre d’abord pour paraître très vite artificieux et finalement plus ennuyeux que les bonnes vieilles émissions « popote » de Raymond Oliver…

Morello s’inspire d’émissions anglo-saxonnes plus récentes, et carrément déjantées, comme « Fuck, That’s Delicious » ou « The Untitled Action Bronson Show » dont les épisodes, sur Viceland, sont disponibles sur MyCanal. Le rappeur et chef Action Bronson a l’allure « Bedaine et gros boule ! » – pour reprendre le titre du deuxième numéro de « Scotch Cuisine Extra Forte » – et n’hésite pas à se faire une inhalation de haschisch et épinards pour bien se mettre dans l’ambiance. Ce qui, par comparaison, fait paraître Franck Morello bien sage : à trop se vouloir « décalé », on se retrouve vite recalé.

Orgasme gustatif

Pour trouver un ton fantaisiste davantage « vintage » (on finit par parler comme Morello…), on aiguillera le lecteur vers la saison « Poulet et œufs » des Hairy Bikers (les « motards poilus ») – qu’a rendue disponible Netflix parmi la myriade de programmes culinaires proposés par ses soins.

Accent à couper au couteau (comme les frites, il va de soi) – à côté duquel celui de Mrs. Hughes, dans la série Downton Abbey, est limpide –, ton débonnaire, bonnes blagues bien potaches, les deux bikers se rendent chez de grands chefs mais aussi dans des bouis-bouis et chez les gens du cru à la recherche des mille et une façons d’accommoder le poulet et les œufs.

David Myers et Simon « Si » King, cuisiniers amateurs éclairés, se mettent volontiers au fourneau

Mais David Myers et Simon « Si » King, cuisiniers amateurs éclairés, se mettent volontiers au fourneau, au long d’un périple qui les mène de leur Royaume-Uni natal aux Etats-Unis, en passant naturellement par la France. On les voit notamment au bord de l’orgasme gustatif quand Georges Blanc leur sert un poulet de Bresse aux morilles…

Le programme se veut divertissant et les deux compères se prêtent souvent à des scènes de comédie, où ils se déguisent parfois. On ne perdrait pas grand-chose à les voir réduites – sinon une partie du grand capital sympathie de ces deux grands gamins quinquagénaire et sexagénaire décidément attachants, façon colle extraforte.

« Scotch Cuisine Extra Forte », série culinaire présentée par Franck Morello (FR., 2018, 11 × 25 min). Canal+. Chaque samedi à 13 heures et à la demande. www.mycanal.fr

« The Hairy Bikers, Chicken and Eggs », série culinaire présentée par David Myers et Simon « Si » King (R-U, 2016, 6 × 50 min). Netflix à la demande. www.netflix.com

Read More

Translate »