Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Retour en force remarquée de la Belgique en RDC où Bruxelles est résolue à s’impliquer dans la modernisation du réseau ferroviaire congolais

train_-Outre la construction de sa nouvelle et imposante chancellerie ultra-moderne à Kinshasa, la Belgique marque un retour en force en RDC où elle tient à moderniser le réseau ferroviaire qu’elle avait d’ailleurs lancé au début du siècle dernier au tant de la colonisation

La Belgique qui a construit le chemin de fer Kinshasa-Matadi au 19ème siècle est venue s’inscrire dans le projet de la Rdc, qui consiste en la modernisation de son réseau ferroviaire. Venu pour la pose de la première pierre de la future chancellerie de l’Ambassade de Belgique à Kinshasa, Armand De Decker a défendu auprès du Premier ministre la candidature d’un consortium belge autour du port d’Anvers et de chemin de fer belge 

Quoi de plus de normal pour un pays aussi important comme la Belgique qui connaît les forces et les faiblesses de la Rd Congo de revenir à travers ces investissements. Ceci rencontre l’appel lancé dernièrement par le Chef de l’Etat aux hommes d’affaires français leur demandant de venir investir en Rd Congo.

Si investir, en acceptant de supporter les risques de tous genres peut profiter aux populations belges et congolaises, c’est la Rdc qui tire le grand bénéfice, car elle va se développer

Venu à Kinshasa pour la pose de la première pierre de la future chancellerie de l’Ambassade de Belgique à Kinshasa, Armand De Decker se devait de rencontrer les autorités du pays pour discuter sur des sujets d’intérêt commun.

C’est dans cette optique qu’il a été reçu par le Premier ministre Matata Ponyo, avec lequel il a fait le point sur quelques dossiers importants, notamment en matière d’infrastructures, de transports, de chemin de fer.

Il s’agit donc des grands projets pour la Rdc pour lesquels la Belgique souhaite apporter son expertise. C’est ici qu’il a cité à titre illustratif le chemin de fer entre Kinshasa et Matadi. Chemin de fer construit par les Belges au 19è siècle et qui se trouve dans un état qui exige des investissements conséquents.

A voir ce chemin de fer, c’est tout à fait normal de se demander comment trouver l’énergie, les moyens et la force des travaux de telle ampleur. Et ce, pendant que la Rdc est déterminée à moderniser son réseau de chemin de fer. Profitant de son audience chez le Premier ministre, Armand De Decker a défendu la candidature d’un consortium belge autour du Port d’Anvers et de chemin de fer belge.

L’homme d’Etat belge a souligné qu’il y a une vraie volonté de partenariat très étroit. Il a expliqué que la Rd Congo est indépendant depuis 54 ans et que la Belgique a toujours été au côté de la population congolaise dans les moments peu faciles, voire dans les moments plus difficiles. Mais la Belgique a toujours été là et n’a jamais cessé de collaborer avec le Congo. C’est dans cet esprit de travail d’équipe, de partenariat qu’il espère continuer à investir dans ce grand pays au cœur d’Afrique.

La Belgique revient

Quoi de plus de normal pour un pays aussi important comme la Belgique qui connaît la Rd Congo dans tous ses détails de revenir à travers ces investissements. Ceci rencontre l’appel lancé dernièrement par le Premier ministre aux hommes d’affaires français leur demandant de venir investir en Rd Congo. Si investir, en acceptant de supporter les risques de tous genres peut profiter aux populations belges et congolaises, c’est le pays qui en sort bénéficiaire, car il va se développer.

Si à l’instar des Etats-Unis d’Amérique la Belgique a enfin compris qu’il faut vite récupérer les parts du marché congolais laissées aux Chinois, tant mieux et c’est la Rdc, profitant de cette concurrence, qui en doit en sortir gagnante. Et si le chemin de fer Kinshasa-Matadi doit connaître dans les jours à venir des investissements belges, on ose croire que le même élan se poursuivra à Lubumbashi où la Société nationale des chemins de fer rencontre d’énormes difficultés pour sa relance.

Par cette volonté politique évidente, le geste de la Belgique est significatif et prouve aux yeux du monde que les liens entre ce pays et son ancienne colonie sont séculaires et ne peuvent souffrir en aucune manière.

La modernisation du réseau ferroviaire entre Matadi et Kinshasa est plus qu’indispensable. Elle faciliterait les choses en faveur des populations riveraines de ce chemin de fer comme dans le bon vieux temps colonial.

Nul n’ignore l’importance que revêt le chemin de fer dans l’économie nationale. Cela résoudrait également une bonne proportion des difficultés dont souffre actuellement la Société congolaise des Transports et des Ports (SCTP).

C’est donc une bonne chose que la Belgique revienne pour le bonheur du peuple congolais.

L’Avenir

Translate »