Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

RDC:Révision ou “tripatouillage” constitutionnel ?

Source: Afrikarabia

Depuis le 15 mars dernier, une révision constitutionnelle est envisagée par l’Assemblée nationale de République démocratique du Congo (RDC). Portée par la moitié des 500 députés congolais, cette révision portera sur le processus de décentralisation, mais également sur le scrutin présidentiel et ce, un an seulement avant la prochaine élection. Une révision que personne ne juge indispensable et qui apparaît comme un simple calcul électoral.

La révision proposée par les parlementaires souhaite d’abord supprimer le passage de 11 à 26 provinces prévu dans l’article 2 de la Constitution, de même que les 40% de recette que les provinces peuvent retenir à la source. Ces mesures visent clairement à stopper le processus de décentralisation de la RDC et à en réduire l’autonomie financière. De la taille d’un continent, la République démocratique du congo est un pays difficile à administrer et Kinshasa semble vouloir faire marche arrière et “re-concentrer” ainsi les pouvoirs.

Autre cheval de bataille de cette révision : le scrutin présidentiel. A quelques mois des prochaines élections, difficile de ne pas y voir un “tripatouillage” électoral de dernière minute. Aujourd’hui organisé en deux tours, le scrutin pourrait passer à un seul tour ou être maintenu à deux, mais en rallongeant la durée entre les deux tours (deux mois au lieu des deux semaines actuelles). De nombreux partis (dont le MLC) ou organisations politiques critiquent vivement cette révision. Union du Congo se demande si “la majorité présidentielle a peur de ne pas gagner l’élection avec le mode de scrutin uninominal majoritaire à deux tours, au point de vouloir modifier la Constitution au profit du mode de scrutin à un tour ? L’éventualité de l’allongement de l’intervalle entre les deux tours à deux mois, et non plus deux semaines, préfigure-t-elle l’intention de l’AMP de bloquer le processus électoral au second tour au cas où les données lui seraient défavorables ?” On peut effectivement se demander quelle urgence nécessite cette modification de dernière minute.

Une proposition de loi changerait également le mode de désignation des gouverneurs, qui ne seraient plus élus par les députes provinciaux mais désignés par le parti ou la coalition qui est majoritaire au sein de l’Assemblée provinciale. La dernière modification, qui fait aussi grincer des dents, concerne la composition du Conseil supérieur de la magistrature qui serait ouvert à des non magistrats et présidé par le chef de l’Etat. Pour être approuvée, cette révision constitutionnelle doit recueillir la majorité des 3/5èmes des membres de l’Assemblée natioale et du Sénat congolais

Christophe Rigaud

1 thought on “RDC:Révision ou “tripatouillage” constitutionnel ?”

  1. Étonnant et regrétable de voir les hommes politiques congolais, surtout les députés, être bernés pour un kilo des pois! Est-ce qu’il est necéssaire de tripoter cette fameuse constitution de Liège qui a fait moins de quatre ans depuis que les donneurs des leçons ont obligé la population de voter oui sans l’avoir lue au préalable? Est-on vraiment obligé de changer certains articles qui seront favorables à la majorité présidentielle à un an des éléctions?? Les élus de l’opposition doivent arrêter ce jeu de petits malins qui ne pensent qu’à eux. Le Peuple Congolais ne vous a pas élus pour faire ce que vous voulez adopter là. Penser à vos enfants qui seront pourchassés par des hommes et des femmes qui seront lésés à cause de vous, les honnorables députés, comme vous aimez qu’on vous appelle ainsi.

Comments are closed.

Translate »