Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

RDC: une frange de l’opposition contre le nouveau président de la Céni

Apollinaire Malumalu– Une frange de l’opposition en République démocratique du Congo a contesté samedi la désignation du nouveau président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), dont l’équipe avait été très critiquée pour sa gestion des élections en 2011. L’abbé Apollinaire Malu-Malu a été désigné vendredi par l’Assemblée nationale comme président de la Céni. Dans une ambiance tendue, les cinq autres membres du bureau de la Céni (trois de la majorité et deux de l’opposition) et les sept membres chargés “des questions spécifiques, dont les commissions”, ont également été désignés.

“Malu-Malu est presque un membre avéré de la majorité! (…) Comment est-ce qu’on peut prendre une telle personne?”, a déclaré samedi à l’AFP le député Jean-Pierre Lisanga Bonganga, du groupe d’opposition Forces acquises au changement/opposition (FAC/opposition), qui compte huit élus sur 500 députés. “L’opposition va être en conclave mardi”, a indiqué le député, qui prévient: “Nous on va mener des actions de terrain, faire des pétitions, pour empêcher Malu-Malu de présider la Céni”, dressant un sombre bilan du passé de l’abbé en matière d’élections.

L’abbé Malu-Malu, 51 ans, avait présidé la Commission électorale indépendante (CEI), créée après les accords de paix inter-congolais de 2002, qui avait organisé en 2006-2007 les élections provinciales, législatives, sénatoriales et présidentielle – premières élections démocratiques du pays.

Dans un rapport publié en mars 2012, la Mission d’observation de l’Union européenne (UE) avait recommandé la “restructuration” de la Céni en y incluant la société civile pour contribuer à “sa transparence, son indépendance et sa fiabilité”.

L’abbé Malu-Malu est originaire de la province riche et instable du Nord-Kivu. Il a présidé la délégation officielle envoyée à Kampala, capitale de l’Ouganda, pour dialoguer avec la rébellion Mouvement du 23 mars (M23), que l’armée congolaise combat depuis mai 2012 au Nord-Kivu.

En 2008, il avait été nominé pour le prix Sakharov pour la liberté de l’esprit, décerné par le Parlement européen.

(AFP)

Translate »