Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

RDC : Mystérieuse disparition d’un opposant congolais

Par Christophe RIGAUD (Afrikarabia)

Diomi NDONGALA

-Depuis mercredi 27 juin, l’opposant Eugène Diomi Ndongala, président de la Démocratie chrétienne est introuvable. Accusé de viol sur mineures par la police, ses proches affirment qu’il a été enlevé par des hommes armés, alors que les autorités congolaises le considèrent en cavale. Son parti dénonce une “cabale” politique (…) “pour le faire taire définitivement“.

L’affaire fait grand bruit à Kinshasa. Mardi 26 juin dans la soirée, la police a investi massivement le siège du parti de la Démocratie chrétienne (DC). Une quarantaine “d’éléments armés” sont venus surprendre Eugène Diomi Ndongala, accusé d’avoir violé deux filles mineures sur dénonciation du père des enfants. Le président de la DC n’est pas sur place. 
La nouvelle se retrouve immédiatement en “une” du site internet Direct.cd, “présent sur les lieux au moment de l’événement” (hasard ou coïncidence ? l’article ne le dit pas). Le papier de Direct.cd est très circonstancié et le journaliste, vraisemblablement prévenu par les autorités congolaises, affirme que le président de la Démocratie chrétienne “a été surpris par les éléments de la police avec deux jeunes filles âgées à peine de 14 ans dans sa domicile de la Gombe”.       
Le lendemain, mercredi 27 juin, la Démocratie chrétienne affirme que son président se rend à la cathédrale Notre dame du Congo où il doit tenir un meeting en faveur d’Etienne Tshisekedi avec plus de 40 partis politiques d’opposition. Le parti d’Eugène Diomi explique ensuite qu’après la perquisition du siège de la Démocratie chrétienne par la police, les forces de sécurité investissent la cathédrale Notre Dame du Congo. Les policiers auraient “menacé” les curés du lieux, leur “intimant l’ordre de ne pas permettre la tenue de la manifestation de l’opposition”. C’est pendant le trajet pour se rendre à la cathédrale Notre Dame, que les proches d’Eugène Diomi affirment avoir perdu sa trace.

Selon la Démocratie chrétienne : “tout est faux“. Son communiqué dénonce une “cabale” politique et un “lynchage médiatique (…) pour salir l’honorabilité du président Diomi Ndongala“. Les membres du parti réfutent en bloc les accusations divulguées dans la presse et affirment “qu’il est complètement faux que le Président Diomi ait été appréhendé avec des filles, car il n’était même pas présent au siège du parti au moment de la descente massive des policiers aux ordres du Colonel Kanyama“. Pour la Démocratie chrétienne, le régime veut tout simplement faire payer le soutien d’Eugène Diomi à Etienne Tshisekedi, l’opposant au président Kabila et candidat malheureux à la dernière élection présidentielle.        
Du côté du Procureur général de la République, la version est tout autre. L’accusation de “relations sexuelles avec deux filles mineures de 15 et 16 ans” est maintenue et la justice affirme que “les victimes ont avoué les faits”. Le Procureur considère donc Eugène Diomi “en cavale” et rappelle qu’il encourt une peine de 7 à 20 ans de prison et d’une amende de 800.000 à 1 million de Francs congolais.
Pour l’instant, difficile d’y voir clair dans cette disparition. Mais l’affaire Diomi intervient dans une ambiance particulièrement tendue en République démocratique du Congo (RDC). La reprise de la guerre à l’Est du pays a fragilisé un peu plus le pouvoir du président Joseph Kabila qui peine à asseoir son autorité depuis les élections. Les résultats très contestées de la présidentielle et des législatives de novembre 2011 ont laissé place à un climat politique exécrable à Kinshasa. L’Asadho, une ONG congolaise des droits de l’homme avait dénoncé (la veille de l’affaire Diomi Ndongala !) les arrestations des membres de l’opposition, proches de l’UDPS d’Etienne Tshisekedi. L’Asadho s’inquiétait des arrestations multiples d’opposants politiques et des détentions illégales c’est derniers mois. Les services de renseignements congolais (ANR) sont souvent cités comme les principaux responsables de ces actes. Ce sont ces mêmes services qu’accuse la Démocratie chrétienne, de détenir Eugène Diomi Ndongala. Une plainte a été déposée contre le colonel Kanyama.

Translate »