Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

rdc-lrsquounion-africaine-demande-la-suspension-de-la-publication-des-resultats

RDC : l’Union africaine demande la suspension de la publication des résultats

L’information a officiellement été relayée sur le site de l’Union africaine ainsi que sur le compte twitter de Moussa Faki Mahamat président de la commission de l’Union africaine.

“L’Union Africaine émet des doutes sérieux sur la conformité des résultats provisoires”, pouvait-on lire dans le communiqué. L’UA a aussi annoncé l’envoi lundi d’une délégation comprenant le président de la Commission, Moussa Faki Mahamat, et le président en exercice, le chef de l’État rwandais Paul Kagame. 

La décision prise par la plus haute instance politique du continent survient à quelques heures seulement de la publicatioon par la Cour constitutionnelle des résultats de la présidentielle – alors que Martin Fayulu, le candidat de la coalition Lamuka, continue de contester les résultats provisoires du scrutin du 30 décembre. 

La décision de l’Union Africaine à la fois saluée et décriée 

Pour certains, la RDC est un Etat souverain qui ne doit recevoir d’ordre d’aucun autre Etat – ni d’une quelconque juridiction. D’autres qualifient cette décision d’historique rappellant que c’est la première fois que l’Union africaine prend une telle décision.

“La Cour constitutionnelle est indépendante, et de nous et de l’Union africaine”, a réagi le porte-parole du gouvernement Lambert Mende. “Je ne pense pas qu’il appartienne au gouvernement ou même à l’Union africaine de dire à la Cour ce qu’elle doit faire”.

Certains Congolais redoutent toutefois que l’attitude de l’UA mette le feu aux poudres dans le pays – si Felix Tshisekedi, le nouveau président proclamé provisoirement venait à ne pas prendre ses nouvelles fonctions dans les prochains jours.

Verdict attendu ce vendredi

Le changement de ton de l’UA aura-t-il un impact sur la Cour constitutionnelle qui doit rendre son verdict ce vendredi? 

Les avis des Congolais sont mitigés allant de l’indépendance des magistrats de la Cour constitutionnelle à leur capacité à se laisser influencer par des décisions extérieures comme celle prise ce jeudi ( 17.01.19), à Addis Abeba par les dirigeants du continent. 

Read More

Translate »