Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

RDC-Assemblée nationale: A qui profitent les recettes additionnelles ? La vérité du groupe parlementaire PDD

Source: Le Potentiel

palais_peuple-rdc1La répartition des recettes additionnelles du budget de l’Etat pour l’exercice 2010 défraye encore la chronique politique en RDC. C’est, justement, autour de ce point précis que le chef de l’Etat a renvoyé la loi budgétaire au Parlement pour une seconde délibération. Mais en fait, qui a voulu profiter de ces recettes dites « additionnelles » puisqu’au départ non programmées par le gouvernement lors du dépôt du projet de budget ?

Au cours d’un point de presse, le mercredi 20 janvier 2010, à l’Hôtel Faden House, le Groupe parlementaire Paix, démocratie et développement (PDD) a jugé utile de rétablir la vérité des faits, spécialement sur la rémunération des députés. Les 25 députés qui composent cette plate-forme politique s’étaient ligués comme un seul homme derrière leur président, Tshibangu Kalala. Il a animé le point de presse en compagnie de Mme Brigitte Kalaba.

Le point de presse s’articulait autour de trois points, à savoir le rôle du Parlement dans l’élaboration du Budget de l’Etat ; la rémunération mensuelle de député national ; et la position du groupe parlementaire PDD.

Par rapport au rôle du Parlement dans l’élaboration du Budget de l’Etat, le professeur Tshibangu Kalala a rappelé que c’est le gouvernement qui prépare le budget, mais, c’est le Parlement qui en est l’autorité parce que c’est lui qui adopte la loi budgétaire.

Quelle est la vérité pour ce projet de budget en examen ? L’absence du gouvernement lors des travaux en commission mixte paritaire. « Puisque le gouvernement était absent, certaines informations utiles ont échappé aux membres de la commission, notamment le document des accords avec le FMI », a indiqué le président du PDD. L’autre vérité, c’est aussi que le Parlement a transmis le texte de loi en retard au président de la République, c’est-à-dire au-delà des six jours fixés par la loi.

En deuxième lieu, Tshibangu Kalala a parlé de la rémunération mensuelle de député national. Afin de couper court à toute spéculation, il a même livré sur la place publique la rémunération mensuelle d’un député national. Pour le mois de décembre 2009, les émoluments du député s’élèvent à 2.054.114 FC, soit 2.22 USD.

Les députés membres du Groupe parlementaire PDD invitent leurs électeurs à continuer à leur faire confiance, car ils ne sont pas venus à l’hémicycle pour s’enrichir.

Parlant des recettes additionnelles, Mme Brigitte Kalaba, l’autre oratrice du jour, a apporté des précisions sur la grille de répartition de ces ressources non déclarées au départ par le gouvernement, mais dénichées par les parlementaires. « L’argent a été réparti équitablement selon les normes, c’est-à-dire 35 % pour les rémunérations », a-t-elle déclaré. Et de s’interroger : «Si le Parlement n’avait pas trouvé les recettes additionnelles que ferait le gouvernement pour améliorer le social des populations ? ».

In fine, le Groupe parlementaire Paix, démocratie et développement s’interroge : fallait-il vraiment renvoyer la loi budgétaire au Parlement à cause des recettes additionnelles ?

Par RICH NGAPI

Translate »