Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

« Près de 90% des combattants du M23 sont des militaires rwandais » affirme un déserteur

Armee Rwandais
Armee Rwandais

-« Pas loin de quatre vingt-dix pour cent (90%) des combattants de la rébellion M23 qui se bat à l’est de la République Démocratique du Congo (RDC), sont des militaires de l’armée rwandaise », a affirmé à la BBC un des quatre Rwandais recrutés et forcésde rejoindre les rangs des rebelles du M23. Les déserteurs ont demandé l’asile en Ouganda.

Source : http://www.occuworld.org/news/272145

Ces quatre individus ont déclaré avoir été recrutés de force au Rwanda par les Forces Rwandaises de Défense (Rwandan Defence Force (RDF)), pour aller prêter main forte aux rebelles du M23 qui sévissent à l’est de la RDC depuis des mois.Après s’être échappés, ils ont demandél’asile en Ouganda, d’où ils ont livré leur témoignage à la BBCce mardi le 31 juillet.

Un des déserteurs affirme que le mouvement M23 est constitué à 90% de militaires de l’armée rwandaise. Un autre transfuge quisuivaitdes études de médecine au Rwanda lors de son recrutement forcé pour le compte du M23, a indiqué à la BBC, qu’il a soigné plus de 300 combattants du M23 blessés au combat, dont la majorité des recrues était rwandaise.

Les témoignages de ces déserteurs corroborent le contenu du rapport de Human Rights Watch(HRW) publié le 22 juillet dernier. Dans ce rapport, d’autres combattants recrutés de force au Rwanda et qui ont réusssi à s’échapper, ont décrit à HRW leurs recrutements involontaires par l’armée rwandaise pour aller combattre de l’autre côté de la frontière rwandaise. Dans ce rapport, ces combattants ont également rapporté que la rébellion M23 est constituée en grande partie de militaires de l’armée rwandaise et de combattants recrutés de force au Rwanda.

Ce n’est pas la première fois que des recrues rwandaises pour le compte du M23 demandent asile en Ouganda. Le 20 juin dernier, 16 étudiants rwandais (14 hommes et deux femmes) y avaient encore demandé l’asile en déclarant être victimes du harcèlement des autorités de leur pays pour avoir refusé de se joindre aux rebelles du M23.Deux de ces étudiants en fuite ont affirmé qu’ils avaient refusé de participer au programme parce que leurs amis qui y sont allés n’en sont jamais revenus.

Le Rwanda continue de nier son soutien au M23 malgré l’accumulation des preuves attestantle contraire.Concernant les quatre déserteurs qui ont témoigné, le porte parole de l’armée rwandaise, Joseph Nzabamwita, a déclaré à la BBC qu’ils ont inventé cette histoire pour obtenir l’asile politique.

Jambonews- Jean Mitari

Translate »