Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

« Portée-la-Lumière », portrait des heureux oubliés du Shaanxi

Portée-la-Lumière (Dai Deng), de Jia Pingwa, traduit du chinois par Geneviève Imbot-Bichet, Stock, 628 p., 27 €. Elle est belle. Très belle même. Et très intelligente. Fonctionnaire du Bourg-des-Cerisiers, ­Portée-la-Lumière est promise à une belle carrière. Le maire a d’ailleurs tenu à lui confier la direction du nouveau « service d’aménagement global dédié aux problèmes sociaux », un rouage essentiel pour que sa commune, située au fin fond de la province du Shaanxi, au centre de la Chine, puisse, à son niveau, mettre en œuvre les objectifs assignés par Pékin en ce début du XXIe siècle : la recherche de la croissance économique, mais aussi le maintien de la stabilité sociale. Suivant le travail et les pérégrinations de cet « élément d’avant-garde » de l’administration locale, Jia Pingwa dresse une fresque à la fois tendre, ironique et subtile de cette Chine profonde où lui-même est né en 1952. Dans ce cinquième roman traduit en français, Bourg-des-Cerisiers est le symbole de cette Chine rurale dont la principale richesse reste « la grande mine » voisine qui rend pourtant malades ceux qui y travaillent. Un bourg qui, après s’être opposé avec succès au passage d’une autoroute, est bien content de voir s’installer une usine de recyclage de batteries dont personne ne voulait dans la région. Un bourg dont les habitants ne tournent pas davantage leurs regards vers Pékin que la capitale ne se penche sur leur sort, mais qui se contentent, pour les grandes occasions, de se rendre au chef-lieu de la province. Au frais du contribuable Quand ils le font, c’est souvent pour porter plainte. Les descriptions, touchantes et savoureuses, des plaignants, qu’ils soient victimes d’une réelle injustice ou éternels râleurs, constituent l’une des entrées les plus intéressantes de ce roman pour un lecteur occidental. Si les administrés craignent – à juste titre – l’arbitraire de leurs dirigeants,…
Read More

Translate »