Radio Tele LAVDCONGO

Vaut mieux tard que jamais- Francois Mpuila roule dans la farine, et replique

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on pinterest
Share on email
Share on print

FRANÇOIS MPUILA REJETTE ET DÉSAPPROUVE LA DÉCLARATION FINALE DES ASSISES DE BRUXELLES

A tous les Participants aux Assises de Bruxelles (19-22 Juin 2009)

Réf. : UDPS/BELUX/RBL/ DE/036/07/ 07/2009

Concerne: mon avis sur les falsifications et les modifications du Document Final adopté aux Assises de Bruxelles

Chers Amis, Compagnons de lutte et Combattants de la Liberté,

Le Bureau de Représentation de l’UDPS/BELUX/ RBL a l’honneur de vous saluer et se fait le devoir d’intervenir dans le débat actuel sur la proposition d’exclure du Parti tous les Membres du Comité National qui ne participent plus depuis un certains temps aux Assemblées de cet Organe du Parti.

C’est en ma qualité du Représentant Titulaire du Bureau de Représentation de L’UDPS/BELUX/ BRL, Juridiction où se sont tenues les Assises de Bruxelles (19-22 Juin 2009) que j’interviens dans ce débat.

Plus que tous les Participants à ces Assises, je porte, devant l’histoire, la grave responsabilité des Résolutions prises lors de ces Assises.

Personne ne peut douter, objectivement et sincèrement, de notre fidélité au Président National, aux idéaux, valeurs et fondements du Parti ainsi que de notre fermeté et intransigeance vis-à-vis des traîtres avérés, irréductibles et irrémédiablement irrécupérables. Comme cela est attesté par le Document final adopté à la dernière Plénière de nos Assises (Lundi 22 juin 2009), lu par le Secrétariat technique à la fin de cette Plénière et paraphé, le cas des Membres du Comité National qui ne participent plus aux Séances de travail du Comité National n’a pas été discuté lors de nos Assises de Bruxelles (Commissions et Plénières). Il n’y a eu ni de débat démocratique entre tous les Participants ni donc de consensus sur ce cas.

Sur le chapitre de l’exclusion, les Assises de Bruxelles ont recommandé uniquement l’exclusion des organisateurs de la réunion de Righini abusivement appelée « Congrès de l’UDPS ».

Aucun Participant à nos Assises ne peut se situer au-dessus de l’Assemblée Plénière de ces Assises.

Je désapprouve publiquement : les falsifications du Document Final diffusé sur les Assises de Bruxelles ; – les initiatives isolées des consultations (une consultation n’est pas une Assemblée, une Plénière dans laquelle il y a un débat démocratique et un consensus final) prises sur Internet dans le cadre des Assises de Bruxelles alors que ces Assises ont déjà pris fin ; – et les modifications opérées dans le Document Final des Assises sur base des réponses reçues sur Internet de certains d’entre nous qui ont participé aux Assises de Bruxelles.

Il n’est pas permis, après la clôture des Assises, d’effectuer des consultations sur Internet et de modifier le texte adopté par la dernière Plénière sur base des réponses reçues des Membres. D’autant plus que ne répondent à ces consultations que les Membres qui sont là où se trouve l’Internet et qui sont disponibles.

Il faut projeter de telles actions lors de prochaines Assises.

Je rejette sans nuance ces falsifications, ces initiatives et ces modifications. Ce sont des aberrations, des tricheries, des fraudes, des méthodes de travail et de procédure condamnables et punissables. Je ne suis pas engagé de loin ou de près par elles. Je m’en tiens formellement uniquement au Document Final adopté par la Plénière des Assises de Bruxelles. Je ne suis pas concerné par ces falsifications, ces initiatives et ces modifications ultérieures apportées au Document Final adopté.

Si les autres Participants aux Assises de Bruxelles tolèrent, acceptent et soutiennent ces falsifications, ces modifications et ces méthodes de travail et de procédure, je ne viendrai pas aux Assises prévues dans trois mois aux États-Unis.

Je rappelle que l’un des acquis et des mérites des Assises de Bruxelles a été d’affirmer et de consolider le pouvoir des Organes Statutaires et Permanents du Parti. N’ayons pas, à l’instar de Beltchika et de sa bande, un mépris par rapport aux Structures statutaires et aux Responsables politiques du Parti. La présence des Responsables politiques des Organes Centraux, des Comités

de Base et des Bureaux de Représentation a donné aux Assises de Bruxelles une dimension, un crédit, une valeur, une légitimité, un poids, un impact et un pouvoir qu’elles n’auraient pas eus sans la présence de ces Responsables politiques.

Les vrais enjeux, les vraies motivations et les dessous des cartes de ces falsifications, consultations et modifications me paraissent obscurs, d’autant plus que ces falsifications, ces initiatives et ces modifications ne concernent que l’exclusion des Membres du Comité National qui, pour des raisons diverses, ne participent plus aux Assemblées de cet Organe et passent curieusement sous

silence le cas des Membres du Collège des Fondateurs qui sont allés dans le complot, la trahison, la rébellion, l’insubordination et l’illégalité même plus loin plus que certains Membres du Comité National (Cfr notamment: ceux qui n’ont pas participé à la Messe noire de Righini et l’ont désapprouvée par une Déclaration publique et officielle).

Sur base des informations que j’ai personnellement reçues de Kinshasa de la part de différents Cadres qui ne participent plus aux Séances de travail du Comité National et des informations reçues de certains Responsables de la Base de notre Parti résidant à Kinshasa, j’affirme

> > qu’il y a trois groupes parmi les Cadres qui ne participent plus aux Assemblées du Comité National : – Un groupe qui est parti avec les anciens responsables du défunt C.O.C. Nombreux Membres et Cadres de bonne foi, de bonne volonté se trouvent dans ce Groupe. Ils ont été induits en erreur et entraînés par des meneurs rusés en dehors de la Maison-UDPS et des Organes Statutaires lors de la dernière haute trahison, insubordination, illégalité et Messe noire de Righini. Nous devons leur ouvrir les portes et les bras pour les réintégrer dans le Parti sans être naïfs ni baisser notre garde et notre vigilance et moyennant des conditions précises.

-Un groupe qui est derrière MM. Marcel Mususu et Sylvain Kamany ; qui avaient dans une Déclaration publique désavoué l’organisation de la Messe noire de Righini et qui n’y avaient pas participé. Ce Groupe a, sur son initiative, pris des contacts avec nous et sollicité d’être écouté et notre médiation. Nous avons publiquement fait part de ces contacts aux Participants aux Assises de Bruxelles.

-Un groupe de Cadres désabusés et découragés par la léthargie et les conflits régnant dans le Parti ainsi que par le comportement du Président du Comité National (selon eux : arrogance, insolence, intolérance, identification de ses options personnelles, de ses analyses, de ses convictions et de ses avis personnels à l’Intérêt Supérieur de l’Institution et du Parti. Ulcérés, humiliés, incompris, non écoutés et poussés jusqu’au désespoir, ces Cadres ont fini par déserter les Séances de travail du Comité National. Est-ce que le Président National a été très objectivement et suffisamment informé sur ce problèmes quand il était encore à Kinshasa ? J’en doute fort. Toujours est-il que sur son initiative, une procédure de rappel à l’ordre a été entamée par le Bureau du Comité National. Les noms de ces Cadres ont été affichés à la Permanence du Parti et publiés même dans les journaux locaux, sans résultat positif. La procédure a été épuisée mais le Président National n’a jamais pris la Décision d’exclure du Parti ces Cadres.

J’avoue que ce danger d’intolérance, d’arrogance, d’insolence, d’identification de nos options, de nos vues, de nos opinions, de nos analyses, de nos avis, de nos points de vue personnels à l’Intérêt Supérieur du Parti nous guette nous tous qui sommes à la tête de différents Organes Statutaires du Parti et guette tout Dirigeant. Nous devons à chaque instant faire une autocritique objective de notre propre comportement vis-à-vis des Institutions, de Parti, des Organes, de l’Intérêts Supérieur du Parti et vis-à-vis des hommes que nous dirigeons, surtout si parmi eux il y a de fortes personnalités qui expriment les opinions et les points de vue différents et contraires aux nôtres. C’est la vérité de la démocratie, la vérité et l’Intérêt Supérieur qui doivent triompher. Nous devons faire preuve de beaucoup d’humilité et d’objectivité.

Sur base à la fois de l’option prise de redynamisation du Parti et de mobilisation générale ; participation de notre Parti à toutes les élections et de les gagner toutes ; des informations reçues de Kinshasa ; de la recommandation faite par les Assises de Bruxelles au Secrétaire Général de prendre des initiatives visant à apaiser les esprits et à trouver une solution pacifique privilégiant l’Intérêt Supérieur du Parti aux malentendus et incompréhensions existant entre lui et les Fédéraux de Kinshasa ; de l’esprit de la Décision 073 du Président National privilégiant l’unité du Parti, j’ai personnellement initié des séances de travail avec le Président du Comité National, après les Assises de Bruxelles, en présence de M. Raphaël Kashala (Secrétaire technique des Assises de Bruxelles), de M. André Ilunga Kalonzo (Modérateur des Assises de Bruxelles) et de certains Cadres du Parti de notre Juridiction Membres du Bureau de Représentation de l’UDPS/BELUX/ RL, notamment M. Patrick Shotsha (Directeur du Cabinet), Dr Jean-Claude Makenga (Conseiller à notre Bureau).

Comme cela avait été fait au Secrétaire Général par les Participants aux Assises, le but de ces séances de travail était de recommander au Président du Comité National d’ouvrir les bras et les portes et de prendre des initiatives positives pour apaiser les esprits, favoriser et faciliter la réintégration éventuelle de ceux qui le veulent et le souhaitent en évitant les actes et gestes

> > d’humiliation mais moyennant certaines conditions précises (Cfr : notamment : notre Lettre adressée à MM. Marcel Mususu et Sylvain Kamany ; notre Lettre adressée au Président du Comité National (Déclaration solennelle.. .).

Lors de ces séances de travail, la discussion a été houleuse et âpre. Le Président du Comité National et M. Raphaël Kashala mettaient tous les Membres du Comité National concernés dans un même sac et étaient radicalement opposés à mon avis mais nous tous, eux y compris, lors des Assises, avons recommandé au Secrétaire Général une attitude différente.

Mais sur mon insistance, les échanges ont évolué dans le bon sens. Le Président du Comité National a fini par promettre qu’il attendrait une lettre de ma part pour la présenter aux Membres du Comité National lors des séances de travail à Kinshasa et pour pouvoir agir dans le sens positif convenu. Paradoxalement et contrairement aux conclusions de ces échanges, je suis désagréablement surpris et attristé par les falsifications et les modifications intervenues dans le Document Final des Assises de Bruxelles.

Pour terminer, je déplore avec amertume, l’oubli inexplicable, sur la liste des Participants aux Assises de Bruxelles, du nom de M. Alphonse Shungu Mahungu, un Cadre d’un très haut niveau (Economiste) de notre Juridiction et de notre Bureau et qui a participé à Assises ; a contribué avec 100 Euros par la location des Salles pour les réunions des Assises ; a contribué avec 200 Euros pour l’achat d’un Lap Top (Ordinateur portable) pour M. Valentin Mubake, Président du Comité National et s’est engagé formellement à contribuer au « Fond-UDPS » avec 1000 Euros. Et M. Alphonse Shungu a quitté le Bureau du travail, pendant les heures de travail donc, pour nous

accompagner au Shopping Center de Woluwe, y acheter les micros et les écouteurs pour ce Lap Top et aller avec nous jusqu’à Woluwe pour rencontrer le Président du Comité National et lui remettre, au nom de tous ceux qui avaient cotisé et en notre présence, le Lap Top, ses accessoires et une clé USB contenant plusieurs données, fruit de son propre travail.

Ont cotisé pour l’achat de ce Lap Top : A. Shungu Mahungu (200 Euros), Patrick Shotsha (50 Euros), Kanku Kalala (50 Euros), Raymond Kahungu (100 Euros) et Jean-Claude Makenga (100 Euros). La liste contenant leurs noms a été remise au Président du Comité National par M. A. Shungu Mahungu.

Fait à Bruxelles, le 7 Juillet 2009.

Dr François Tshipamba Mpuila

Représentant

Related Posts

1 thought on “Vaut mieux tard que jamais- Francois Mpuila roule dans la farine, et replique”

Comments are closed.

Translate »
Radio Tele LAVDCONGO