La révolution numérique et technologique en cours dans le pays ne concerne pas que la capitale, ni même que les zones urbaines. Une voie à suivre pour le reste du continent.

À Kigali, le moyen de transport le plus populaire, parce que le moins onéreux, est le taxi-moto. Des essaims entiers sillonnent les rues, zigzaguant dans l’intense circulation. Mais, si vous habitez un de ces nouveaux quartiers résidentiels excentrés qui montent à l’assaut du relief escarpé de la capitale du Rwanda, où les villas se sont bâties si vite que la chaussée n’a pas encore été goudronnée, il est peu probable que vous en croisiez un.

Vous faudra-t-il vous frayer un chemin sur la piste défoncée jusqu’à une grande artère ? Non, bien sûr, puisque, comme tous les Rwandais, vous avez un téléphone portable et pouvez appeler un de ces motards qui utilisent l’application Tigo, semblable à Uber, grâce à la géolocalisation sur tout le territoire.

Aujourd’hui, 92 % de la population rwandaise a accès à la 4G

Le mobile est devenu un instrument indispensable pour les citadins. Un réseau

L’origine de l’article >>