Ne pas voter pour l’accord pour l’accord sur le Brexit porterait « un coup fatal » à la confiance du peuple britannique et à la démocratie parce que ce sont les Britanniques qui ont décidé, par référendum, de quitter l’Union européenne : voilà l’argument massue brandi par Theresa May pour finir de convaincre les députés de voter, mardi 15 janvier, en faveur de l’accord négocié avec Bruxelles.

Le gouvernement britannique s’est engagé à publier une lettre de l’Union européenne qui contient toutes les « assurances » données par Bruxelles sur l’accord du Brexit. Mais l’UE prévient d’ores et déjà qu’il ne sera pas possible de modifier l’accord négocié.
Pour rappel, le Royaume-Uni est censé sortir le 29 mars à minuit de l’Union européenne.

Sandrine Blanchard a demandé à Philippe Marlière pourquoi Theresa May a si peur que les députés rejettent son accord.

Philippe Marlière est professeur de sciences politiques au University College London. Ecoutez sa réponse en cliquant sur la photo ci-dessus.

Read More