Par
RFI

Publié le 03-12-2018
Modifié le 03-12-2018 à 10:35

Au Tchad, cela fait plusieurs semaines que l’armée affronte des insurgés dans l’extrême nord du pays. On parle tantôt de groupe d’autodéfense, de mouvements rebelles. La semaine dernière, des parlementaires ont même proposé de se rendre sur place pour recueillir les doléances des populations de cette région où de l’or a été découvert il n’y a pas longtemps. Mais ce weekend, à l’occasion de la célébration des festivités marquant les 28 ans de règne du chef de l’Etat, Idriss Deby Itno, le secrétaire général du Mouvement patriotique du salut, Mahamat Zène Bada a balayé d’un revers de main la situation indiquant qu’il s’agit juste d’une opération de maintien de l’ordre.

Il y a eu ce qu’on appelle l’or du Tibesti… des individus partent là-bas pour chercher de l’or… Et ces orpailleurs, ils passent vers la Libye, ils passent vers l’Egypte où ils trouvent le moyen d’aller au Moyen-Orient pour revendre cet or. Tous ceux qui vont travailler, ils les engagent.
Dans ce sud de la Libye et dans l’extrême nord du Tchad, les gens appellent au secours. Si le gouvernement du Tchad se lève, c’est un problème, donc ils sont venus se réfugier dans les montagnes du Tibesti.
Et là, ça devient pour le gouvernement un problème de maintien de l’ordre: vivre dans un territoire aussi hostile, l’ordre ne peut plus être maintenu par la police et la gendarmerie. Donc ce sont ces forces de troisième degré qui ont été engagées pour pouvoir déloger ces gens.
Ce n’est ni une révolte de communauté, ce n’est ni une ethnie qui s’est révoltée contre le pouvoir central, ce n’est ni une rébellion contre le gouvernement tchadien qui est venu s’installer, c’est une bande de narcotrafiquants, des orpailleurs de tout bord.
C’est un problème de maintien de l’ordre, point. Mais ce sont des individus fortement armés qui mettent de la pagaille et ça ce n’est pas acceptable pour le gouvernement.

Mahamat Zène Bada, secrétaire général du Mouvement patriotique du salut

03-12-2018
– Par
Madjiasra Nako

L’origine de l’article >>