Par Alain Sorel FONGUE (stagiaire )

L’insécurité a refait surface dans la Province Orientale. La situation est perceptible dans les districts du Bas-Uélé, du Haut-Uélé et de l’Ituri. Préoccupés, les députés nationaux originaires de cette partie de la République démocratique du Congo ont élevé le ton. Ils demandent au gouvernement central de tout mettre en oeuvre, pour sécuriser les populations civiles. Ils l’ont exprimé à l’issue des travaux qui ont réuni, du 19 au 21 décembre 2009, le Collectif des députés de la province Orientale, sous la direction de l’honorable Idambituo Bakaato, en l’espace GB, dans la commune de Ngaliema.

Pour les élus de la Province Orientale, les districts du Bas-Uélé et celui du Haut-Uélé sont en proie aux attaques perpétrées par les rebelles ougandais de la LRA. Tandis que l’insécurité récurrente qui sévit en Ituri est l’oeuvre des éléments des groupes armés.

Une autre question et non des moindres soulevée par les élus du peuple au cours de cette rencontre est celle relative à l’affaire qui oppose le député national Bamanisa Jean Saidi à l’entreprise Utexafrica.

Dans la déclaration lue à la fin des travaux, le rapporteur du Collectif des députés nationaux de la Province Orientale, Freddy Isomela Iyongho, a, au nom de ses confrères, dénoncé les agissements des rebelles de l’Armée de résistance du seigneur (LRA), dont les actions ont causé la mort de plus de 50 personnes la semaine dernière. Sans compter de nombreux des disparus à Nyangara et ses environs.

Avant de déclarer : « Nous saluons la présence, dans la Province Orientale du vice-Premier ministre chargé de la Sécurité et Défense, Me Mutombo Bakafwa Nsenda ».

Pour ce qui est de l’affaire qui oppose le député Bamanisa à la société Utexafrica, le rapporteur du Collectif a indiqué : « Nous fustigions la manipulation politicienne, autour du dossier qui oppose l’honorable Bamanisa à Utexafrica et mettons en garde, toute personne qui s’en prendrait aux enfants mineurs de ce dernier».

Avec la présence du vice-Premier ministre en charge de la Sécurité et Défense dans la province précitée, l’on ose croire qu’une solution durable sera trouvée. Une façon de permettre les populations civiles à vaguer paisiblement à leurs occupations pendant cette période de fin d’année.