L’information est tombée ce vendredi (18.01.) : l’élection présidentielle en Algérie est fixée par décret au 18 avril 2019. Les Algériens sauront bientôt qui sont les candidats puisque la loi donne jusqu’au 4 mars aux prétendants pour déposer leur dossier.

Le dossier le plus attendu est évidemment celui de l’actuel président Abdelaziz Bouteflika, 81 ans, qui est fragilisé par un accident vasculaire cérébral (AVC) survenu en 2013. Malgré les multiples appels à un cinquième mandat lancés depuis plusieurs mois par les personnalités de son camp, il n’a toujours pas fait part de ses intentions.

Bouteflika, et de 5 ?

En l’absence d’un positionnement clair de l’opposition, les Algériens s’acheminent une nouvelle fois vers un cinquième mandat de Bouteflika, estime l’universitaire Mustapha Bouchachi, ancien député et ancien président de la ligue algérienne de défense des droits de l’homme. Dans une interview accordée à la DW, il se dit persuadé que le président qui sera déclaré élu à l’issue de la présidentielle émanera de l’influence de l’armée, soucieuse de sa propre protection.

Pour lui, l’opposition et la société civile algériennes sont réduites à leur plus petite expression du fait du pouvoir en place.

Pour écouter cette interview, cliquez sur la principale image de cet article !

Read More