Media playback is unsupported on your device

Cette semaine, BBC Sport présente les cinq joueurs figurant sur la liste des joueurs sélectionnés pour le trophée BBC du footballeur africain 2018. Le dernier de la liste est Mohamed Salah, ailier droit du Liverpool FC et de l’Égypte.

POUR VOTER, CLIQUER SUR CE LIEN.

Ces dernières années, l’Égypte a souvent fait la une des journaux pour des raisons tristes telles que des troubles politiques et des attaques terroristes, mais un homme a changé la donne.

L’attaquant de Liverpool, Mohamed Salah, a connu une année incroyable sur le terrain et a été le meilleur buteur de la saison de Premier League 2017-18.

Il est devenu le joueur le plus rapide de l’histoire des Reds à avoir marqué 50 buts.

En dehors du terrain, une série de gestes montrent que le joueur de 26 ans ne s’attache pas seulement aux supporters de Liverpool, mais également aux fans de football du monde entier.

« Mohamed est un être humain pur depuis qu’il est jeune », a déclaré Hamdi Nooh, l’entraîneur d’Arab Contractors, son premier club professionnel, à BBC Sport.

« Je vais vous raconter une histoire que peu de gens connaissent.

Lorsqu’il avait 10 ans et qu’il s’entraînait dans le club local de son village de Basyoun, il y avait un chien avec des chiots juste sous les gradins entourant le terrain d’entraînement.

« Même s’il était encore jeune, Salah transportait tous les jours de la nourriture pour nourrir les chiots.

Il a toujours été comme ça.

Il a un grand cœur et aime donner. »

Ces dernières années, l’attaquant, qui cette semaine s’est exprimé au nom des chiens errants d’Egypte, n’a pas aidé uniquement les animaux.

Les preuves de sa générosité font légion : un père révélant que Salah finançait une opération chirurgicale pour la leucémie de son fils, un don destiné à une crèche à Basyoun où il a construit une institution religieuse où les enfants peuvent également étudier.

Détails du vote

Les 5 nominés de cette année sont Medhi Benatia (Maroc), Kalidou Koulibaly (Sénégal), Sadio Mane (Sénégal), Thomas Partey (Ghana) et Mohamed Salah (Égypte).

Le vote se termine le 2 décembre à 20h00 GMT.

Les résultats définitifs seront annoncés en télé, radio et via Facebook Live le 14 décembre à partir de 17h30 GMT.

POUR VOTER, CLIQUER SUR CE LIEN

Il a également donné plus de 30 000 $ pour aider d’anciens footballeurs en Égypte.

Même le pays en a profité lorsque Salah a donné près de 300 000 $ à un gouvernement dont l’économie était en chute libre l’an dernier.

Mais c’est dans son village natal de Basyoun qui en a profité le plus.

La Fondation de charité Mohamed Salah y a aidé financièrement 450 familles en leur versant une allocation mensuelle, .

« Salah n’a jamais oublié ses racines, contrairement à d’autres joueurs qui oublient souvent leurs familles et leurs villages quand ils deviennent riches », a déclaré Inas Mazhar, responsable des médias de l’équipe nationale égyptienne entre 2016 et juin 2018.

« Il est bien connu que Salah consacre beaucoup d’argent aux démunis de son village. Tout passe par son père, qui sait quoi faire. »

« Par exemple, une personne du village préparant un mariage viendra demander à son père des fonds. Ou si quelqu’un dit qu’il est malade, le père suit l’affaire et s’il est vrai, il aidera à payer les frais de l’opération. »

Faire tomber les barrières

Même lorsqu’il n’a pas activement donné de l’argent, Salah a apporté son aide d’une autre manière.

Après avoir mené une campagne de lutte contre la toxicomanie chez lui, la hotline du ministère de la Solidarité sociale a reçu une augmentation de 400 % des appels, tandis que les vidéos mettant en vedette Salah ont été visionnées plus de huit millions de fois en seulement trois jours.

« Je ne parlerai pas de Salah en tant que joueur et de tout ce qu’il a accompli », a tweeté Mohamed Abd Elbasset, médecin du centre-ville de Beni Suef.

« Je dirai seulement que j’ai vu un jeune homme se faire admettre à l’hôpital à quatre heures du matin, l’air très malade et demander de l’aide pour remédier à sa toxicomanie à cause de la campagne et de son amour pour Salah. »

Que cache donc le désir de Salah d’aider les gens ?

« Il ne le fait pas pour que les gens puissent l’apprécier, il le fait parce qu’il a lui-même vécu des moments difficiles, alors il veut aider les gens », explique Mazhar.

Alors qu’il grandissait dans un village situé à cinq heures de route du Caire, Salah adorait Mohamed Aboutrika, une légende égyptienne qui avait été nommée footballeur africain de l’année par la BBC en 2008.

À l’instar de l’ancien capitaine national Ahmed Hassan, Aboutrika a été l’un des premiers footballeurs égyptiens à aider les moins nantis, mais la façon dont Salah a embelli ce changement est une source d’inspiration.

« Auparavant, ces dons étaient réservés aux personnes riches, mais les citoyens ordinaires ont commencé à réaliser qu’ils avaient un rôle à jouer dans leur communauté et qu’ils le faisaient aussi », ajoute Mazhar.

Copyright de l’image Getty Images

Le formateur en développement personnel, Amr El Selouky, partage cet avis :

« Salah supprime les obstacles. C’est la culture égyptienne de nourrir les inquiétudes jusqu’à ce qu’elles deviennent des obstacles au développement personnel, mais Salah est l’un des premiers Égyptiens à les briser à l’ère de l’internet, lorsque tout le monde peut voir ses réalisations. Il nous a remis sur la carte. Je suis récemment allé en Afrique du Sud, au Portugal, en Espagne, aux États-Unis et au Maroc, et dès que les gens se sont rendu compte que j’étais égyptien, ils ont soudainement oublié les pyramides et les pharaons. Mo! »

« Parfois, les footballeurs ont une image faussée, ils ne sont pas tous intéressés par tout ce qui brille », a déclaré à BBC Sport, la double championne africaine Lauren, l’ancienne fondatrice d’Arsenal et Cameroun.

« Mo Salah est un gars normal et un exemple parfait pour les jeunes.

Il fait également beaucoup pour le football africain parce que quand les enfants voient que Salah peut survivre [en Europe], ils pensent pouvoir le faire aussi. »

Copyright de l’image Getty Images

En Egypte, sa popularité est telle cette année que lors de l’élection présidentielle de mars, plus d’un électeur potentiel a gâché son vote pour désigner un footballeur qui n’était même pas en lice.

« Tout le monde allait voter pour le président Abdel Fattah al-Sisi, mais j’ai pensé que c’était le moins que je puisse faire pour montrer mon appréciation », a déclaré Abdallah Hani, 20 ans.

« Salah nous a tellement donné, il est temps que nous rendions la pareille. »

Complément d’information : Piers Edwards.

L’origine de l’article >>