La plupart des camps de refugiés se retrouvent dans des zones de combats, ce qui empêche le travail des ONG internationales comme Médecins sans frontières qui dénonce de nombreux cas de violation des droits de l´homme.

Des cas de migrants forcés de travailler pour des groupes armés libyens ont ainsi été signalés. Pour Hisan Boubakri du Centre de Tunis pour la migration et l’asile, il y a aujourd’hui une nécessité de créer des couloirs de protection pour assurer la sécurité de ces migrants. 

 

Cliquez sur l’image pour écouter ses explications. 

Read More