Après l’annonce de leur « ticket », les opposants Vital Kamerhe et Félix Tshisekedi ont tour à tour lancé un appel du pied à Moïse Katumbi, l’un des poids lourds de l’opposition en RDC. Dans des confidences à Jeune Afrique, ce dernier leur oppose une fin de non-recevoir.

C’est acté. Pour la présidentielle du 23 décembre, Félix Tshisekedi devra se passer du soutien de Moïse Katumbi. Son désormais ex-allié, contraint à l’exil depuis plus de deux ans, explique à Jeune Afrique, mardi 27 novembre, pourquoi il a finalement décidé de réserver une fin de non-recevoir au ticket Vital Kamerhe-Félix Tshisekedi.


>>> À LIRE – Présidentielle en RDC : les coulisses des tractations entre Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe


Ces deux opposants qui ont uni leurs forces après leur retrait simultané de la coalition Lamuka [Réveille-toi, en lingala], constituée à Genève autour de la candidature de Martin Fayulu, ont multiplié ces dernières heures des messages subliminaux en direction de l’homme d’affaires et ancien gouverneur du Katanga.

« Moïse Katumbi a toujours dit que Félix Tshisekedi était son candidat. Nous présentons aujourd’hui le ticket qu’il souhaitait. Serait-il capable de mobiliser les autres pour nous rejoindre ? », lui a lancé, le 23 novembre, Vital Kamerhe depuis Nairobi, quelques instants seulement après le ralliement de ce dernier à Félix Tshisekedi.

La fin du suspense

L’origine de l’article >>