Radio Tele LAVDCONGO

Devant l’American Isreal Public Affairs Commitee, Tshisekedi annonce la reprise des relations avec Israël

-Félix Tshisekedi, président de la République démocratique du Congo (RDC) a annoncé, dimanche soir 1er mars, une reprise des relations diplomatiques de haut niveau de son pays avec Israël. L’installation d’une « section économique » de l’ambassade est également envisagée à Jérusalem.

L’annonce de cette reprise des relations diplomatiques de la RDC avec Israël a été faite à Washington devant le Comité des affaires publiques israëlo-américaines (Aipac) qui organise sa grande conférence annuelle depuis dimanche jusqu’au mardi 3 mars.

Après plus de vingt ans sans représentation de haut niveau en Israël, Félix Tshisekedi annonce qu’il va nommer, dans les prochains jours, un ambassadeur à Tel-Aviv. Pour l’instant, l’ambassade de la République démocratique du Congo est dirigée par un simple chargé d’affaires.

Le président congolais annonce également la création d’une « section économique » dont le but est de resserrer les liens avec Israël en particulier dans les domaines, « de l’agriculture et des sciences et technologies ».

Lors de son discours devant le puissant lobby pro-israëlien Aipac, aux États-Unis, Félix Tshisekedi a précisé que l’ambassade de RDC reste à Tel-Aviv, mais qu’il ne voit pas d’inconvénient à baser cette nouvelle section économique à Jérusalem. Il ajoute par ailleurs soutenir le plan de paix du président Donald Trump, un plan rejeté par l’Autorité palestinienne.

Selon un spécialiste, ces annonces sont faites pour plaire toujours plus à Donald Trump et aux Etats Unis qui soutiennent Félix Tshisekedi depuis son élection et dont il cherche le soutien pour s’émanciper de Joseph Kabila.

Le discours du président est d’ailleurs mal passé en RDC auprès des proches de son prédécesseur: « La RDC ne peut ignorer la Palestine », a par exemple commenté sur twitter un proche collaborateur de Joseph Kabila, Jean-Pierre Kambila.

Le discours du président Tshisekedi a aussi été critiqué par une grande partie de l’opinion qui demande de ne pas oublier la cause palestinienne.

« Jérusalem est, de par son histoire, un lieu qui appartient aux juifs, aux arabes comme aux chrétiens. La considérer comme capitale d’Israël, c’est accepter sa privatisation par les seuls juifs », a réagi le mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha).

Des internautes congolais espéraient, quant à eux, que Félix Tshisekedi n’oublie pas de nommer « dans la foulée » un Haut représentant auprès de l’État palestinien.

Avec RFI

Translate »
Radio Tele LAVDCONGO