Radio Tele LAVDCONGO

CoVid-19: la Banque Mondiale et le FMI ont suspendu «avec effet immédiat», le remboursement des dettes des pays en développement

«Tous les créanciers bilatéraux des pays IDA  (L’Association internationale de développement) doivent suspendre les remboursements de la dette de ces derniers dès lors qu’ils le demandent», ont-ils fait savoir. Selon les deux institutions, «la mesure permettra de répondre aux besoins immédiats de liquidités des pays IDA pour faire face aux défis engendrés par la pandémie du Covid-19 et donnera le temps d’évaluer l’impact de la crise et les besoins de financement de chaque pays»

Le FMI et la Banque mondiale ont appelé à la suspension  de remboursement de la dette des pays les plus pauvres du monde alors que le dernier rapport du Groupe de la Banque mondiale révélait que l’Afrique subsaharienne entrait en récession avec une croissance initialement prévue pour 2020 affectée négativement par l’impact du COVID-19 épidémie.

Le FMI déclare que la suspension de remboursement de la dette des créanciers bilatéraux officiels pour les pays les plus pauvres du monde devrait aider les économies à faire face aux effets négatifs du COVID-19, en particulier la région subsaharienne dont la croissance devrait fortement chuter et pousser la région en récession pour la première fois en plus de 25 ans.

«La pandémie de COVID-19 met à l’épreuve les limites des sociétés et des économies du monde entier, et les pays africains devraient être particulièrement touchés», a déclaré Hafez Ghanem, vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique.

«Nous mobilisons toutes les ressources possibles pour aider les pays à répondre aux besoins immédiats des populations en matière de santé et de survie, tout en préservant les moyens de subsistance et les emplois à plus long terme – y compris en appelant à un arrêt des paiements officiels du service de la dette bilatérale, ce qui libérerait des fonds pour renforcer les systèmes de santé pour faire face avec COVID 19 et sauver des vies, des filets de sécurité sociale pour sauver les moyens de subsistance et aider les travailleurs qui perdent leur emploi, le soutien aux petites et moyennes entreprises et la sécurité alimentaire. »

La directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, a déclaré dans un communiqué que l’institution travaillait “24/7 pour soutenir nos pays membres – avec des conseils politiques, une assistance technique et des ressources financières”.

Dans un discours intitulé «Confronting the Crisis: Priorities for the Global Economy», Georgieva a établi une liste de quatre points d’action prioritaires pour faire face à l’impact du COVID-19 et a déclaré que le FMI avait 1 billion de dollars en capacité de prêt et le plaçait au service des membres.

«Nous répondons à un nombre sans précédent d’appels à un financement d’urgence – provenant de plus de 90 pays à ce jour. Notre Directoire vient d’accepter de doubler l’accès à nos installations d’urgence, ce qui nous permettra de répondre à la demande attendue d’environ 100 milliards de dollars de financement. Les programmes de prêts ont déjà été approuvés à une vitesse record – y compris pour la République kirghize, le Rwanda, Madagascar et le Togo – et beaucoup d’autres à venir », a ajouté Georgieva; «Et avec la Banque mondiale, nous demandons l’arrêt du service de la dette des créanciers bilatéraux officiels des pays les plus pauvres du monde».

Selon le dernier Africa’s Pulse, la mise à jour économique semestrielle de la Banque mondiale pour la région, la croissance dans la sous-région devrait chuter de 2,4% en 2019 à -2,1 à -5,1% en 2020.

En raison de l’impact du COVID-19, l’analyse montre que la région subira des pertes variant entre 37 et 79 milliards de dollars de pertes de production pour 2020 en raison d’une combinaison d’effets.

Ils comprennent la perturbation du commerce et de la chaîne de valeur, qui a un impact sur les exportateurs de produits de base et les pays à forte participation à la chaîne de valeur; réduction des flux de financement étranger provenant des envois de fonds, du tourisme, des investissements directs étrangers, de l’aide étrangère, combinés à la fuite des capitaux; et par les impacts directs sur les systèmes de santé et les perturbations causées par les mesures de confinement et la réaction du public.

Plusieurs pays africains, dont la Zambie, ont réagi rapidement et de façon décisive pour freiner l’afflux et la propagation potentiels du coronavirus, ce qui est tout à fait conforme aux directives internationales. Cependant, le rapport souligne plusieurs facteurs qui posent des défis aux mesures de confinement et d’atténuation, en particulier les grands établissements urbains informels densément peuplés, le faible accès à l’eau potable et aux installations sanitaires et les systèmes de santé fragiles.

Le rapport de la Banque mondiale a recommandé que les décideurs africains se concentrent sur le sauvetage de vies et la protection des moyens de subsistance en se concentrant sur le renforcement des systèmes de santé et en prenant des mesures rapides pour minimiser les perturbations dans les chaînes d’approvisionnement alimentaire. Ils recommandent également de mettre en œuvre des programmes de protection sociale, y compris des transferts monétaires, la distribution de nourriture et des exonérations de frais, pour soutenir les citoyens, en particulier ceux qui travaillent dans le secteur informel.

Translate »
Radio Tele LAVDCONGO