Sommé de clarifier sa position vis-à-vis du futur parti unifié RHDP, le président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro a lancé depuis le début de l’année une offensive médiatique et politique, confirmant un peu plus son rapprochement avec Henri Konan Bédié.

Ses déclarations ont sans doute pris de court ses adversaires au sein du Rassemblement des républicains (RDR, parti présidentiel, dont il est membre). Depuis son village natal, dans le septentrion ivoirien, Guillaume Soro a multiplié les piques et les réponses indirectes au sujet du futur parti unifié, le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP).

« J’ai entendu quelqu’un dire qu’il va me chasser. Il veut m’humilier ou il veut m’insulter ? Il peut me chasser, moi ? Bon, comme je le dis, les temps ont changé. Comme les temps ont changé, même tous les gringalets peuvent parler aussi », a lancé le 1er janvier Guillaume Soro, sur un ton à la fois familier et ironique, devant des cadres et des chefs de communautés villageoises, invités à partager avec lui un repas de Nouvel An.


>>> À LIRE – Adama Bictogo : « Le congrès du RHDP sonnera l’heure de la clarification »


Le président de l’Assemblée nationale, qui a volontairement omis de clôturer la session parlementaire 2018, répondait ainsi à Adama Bictogo, vice-président du RDR et président du comité d’organisation du congrès du RHDP, prévu le 26 janvier. Au cours d’une conférence de presse, Adama Bictogo, un proche du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, rival de Guillaume Soro, avait demandé que chaque personnalité se réclamant de la majorité présidentielle clarifie sa position vis-à-vis du parti unifié à constituer.

Sera-t-il présent au congrès du RHDP ?

« Chacun doit se déterminer. Évidemment, si vous êtes président de l’Assemblée nationale que vous n’adhérez pas au RHDP ou que vous avez décidé de ne pas être RHDP, n’attendez pas qu’on vous demande de partir, déposez le tablier », avait souligné Bictogo, qui se faisait l’écho d’une opinion largement répandue au sein des partisans d’Alassane Ouattara.


>>> À LIRE – Côte d’Ivoire : des dissensions au RHDP à un mois de son congrès constitutif


Guillaume Soro n’a jusque-là pas confirmé sa participation ou non au congrès constitutif du RHDP. Si l’on en croit le titre de l’édition du 4 janvier de Générations Nouvelles, dernier né des quotidiens ivoiriens et proche de Soro, ce dernier aurait décidé de ne pas s’y rendre. « Congrès constitutif du RHDP : Soro dit non à Ouattara », titrait ainsi le journal.

Je vais aller saluer Bédié, matin, midi, soir, si je veux

Un ticket Bédié-Soro en 2020 ?

Une distance vis-à-vis du RHDP qui le rapproche davantage d’Henri Konan Bédié, président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI). Les deux hommes ne cachent plus leur partenariat, dans le cadre d’une nouvelle plateforme politique devant regrouper les principaux opposants à Ouattara et dont les négociations se déroulent dans un secret absolu. Chacune de leurs rencontres faisant l’objet d’interprétations de la part de leurs pourfendeurs, Soro s’est voulu catégorique : « Je vais aller saluer Bédié, matin, midi, soir, si je veux ».

Ajoutant : « Je suis en train de demander le pardon, la réconciliation, donc je peux aller voir qui je veux, en Côte d’Ivoire. Ils disent que jamais les Baoulés ne vont voter pour moi. J’ai compris. Mais quand je suis allé saluer Bédié, patron des Baoulés, il a dit que [j’étais] son fils. Donc, je suis Baoulé ». Cette phrase de Guillaume Soro a eu le mérite de livrer deux informations majeures sur sa propre posture vis-à-vis de la présidentielle de 2020. D’abord sa candidature à cette élection, puis la possibilité pour lui d’avoir le parrainage de Bédié et de son parti, le PDCI.

En effet, dans les états-majors des deux personnalités, personne n’écarte l’idée d’un ticket Bédié-Soro, à la présidentielle de 2020.

L’origine de l’article >>