Radio Tele LAVDCONGO

Coronavirus et le racisme contre le personnel soignant en occident

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on pinterest
Share on email
Share on print

-Si dans  nombre des pays aux prises avec le coronavirus, les médecins et les infirmières sont salués comme des héros, se battant en première ligne, la pandémie a également mis à jour un racisme profondément ancré chez certains de leurs patients.

“J’ai grandi à New York – j’ai connu le racisme”

New York est devenu l’épicentre du virus aux États-Unis, qui comptent désormais le plus grand nombre de cas confirmés.

Le Dr Edward Chew est responsable du service des urgences d’un grand hôpital de Manhattan et s’efforce de faire face à l’augmentation rapide des cas critiques.

Il dit que certaines personnes ont une approche différente de lui maintenant, parce qu’il est asiatique-américain et que des patients ont eu à demander à être vus par quelqu’un d’autre.

“J’ai grandi à New York. J’ai connu le racisme”, dit le Dr Chew. “Mais même aux premiers jours du virus, j’ai remarqué que les gens à côté de moi commençaient à rentrer leur nez et leur menton dans leur chemise et à chuchoter”.

Inquiet que son hôpital puisse manquer d’équipements de protection, il est allé chercher des fournitures supplémentaires pour son équipe.

“Je pouvais voir des gens parler de moi dans la file. J’étais le seul à devoir prouver mes compétences pour acheter les lunettes et les masques de protection”, dit-il.

“Dans un magasin, trois jeunes hommes m’ont suivi partout et n’arrêtaient pas de me tousser dessus de manière assez odieuse. Lorsque j’ai payé et que je suis sorti, ils m’ont suivi jusqu’au parking et n’ont pas cessé de me harceler”.

Le Dr Chew dit qu’il a toujours considéré New York comme une ville tolérante et multiculturelle.

Malgré ses récentes expériences de préjugés, il est fermement résolu à aider sa communauté malgré le pire de la pandémie.

“Un patient est un patient. Je me fiche de la façon dont ils me voient ou de ce qu’ils pensent de moi. Ce virus ne fait pas de discrimination et si nous voyons quelqu’un qui a cette maladie, c’est notre travail de l’aider”, dit-il.

“J’essaie d’être optimiste, mais c’est certainement la période la plus difficile que j’aie jamais connue dans ma carrière médicale.

“En travaillant dans un service d’urgence, j’ai déjà été sous pression, mais jamais dans une situation où la chose que vous essayez de combattre pourrait tout aussi bien vous tuer”.

En Engleterre aussi

Le Dr Roghieh Dehghan est né en Iran, a fait ses études en Autriche et vit et travaille à Londres depuis deux décennies en tant que médecin et chercheur.

Peu après la confirmation du virus au Royaume-Uni, elle a été victime de préjugés.

“Un homme âgé est venu dans mon café local et a entamé la discussion habituelle sur le coronavirus, en parlant fort à tout le monde, sauf à moi”, dit le Dr Dehghan.

“Il a dit que toutes les infections venaient de l’étranger, propagées par les étrangers arrivant sur des bateaux. Il a demandé d’où je venais. Je n’ai rien dit, j’essayais vraiment de ne pas écouter. Et il m’a dit : “Oh, vous êtes une étrangère. Rentrez chez vous.”

Lorsque le propriétaire du café a essayé de défendre le Dr Dehghan, en expliquant qu’elle aidait le pays en tant que médecin, l’homme lui a crié encore plus d’insultes.

Cette expérience l’a laissée en colère et confuse quant à sa place au sein de la communauté.

“En ce moment, mon pays a besoin de moi, mais avoir besoin et vouloir ne sont pas la même chose. C’est comme une relation d’amour et de haine”, dit le Dr Dehghan.

Je ne peux pas me dissocier, je ne peux pas aller travailler et dire : “Je vais laisser la partie migrante de moi-même à la maison et arriver juste comme médecin”.

“Je me sens complètement dévalorisée, pas seulement par des gens comme cet homme dans le café. Une partie de vous est tenue en haute estime tandis que l’autre partie est complètement rejetée. Ce que je fais signifie tout, mais ce que je suis ne signifie rien”.

Des chiffres récents montrent que les personnes nées en dehors du Royaume-Uni représentent près d’un quart de l’ensemble du personnel travaillant dans les hôpitaux britanniques et le Dr Dehghan espère que l’épidémie de coronavirus forcera le public à s’en rendre compte.

“Je ne veux pas d’applaudissements dans la rue”, dit-elle. “Je veux juste que les gens examinent un peu plus en profondeur leur relation avec leur personnel médical – pas seulement ce que nous faisons, mais qui nous sommes”.

Meme en Australie

Bien que le nombre de cas confirmés en Australie soit relativement faible, le Dr Liang affirme que les gens l’ont liée à la propagation du virus.

Je reçois encore de temps en temps des commentaires quand les gens me voient, comme “Oh, mais la Chine l’a déclenché en mangeant des chauves-souris”.

Au cours d’une consultation, le Dr Liang dit qu’une patiente a refusé de la reconnaître, “plaisantant” qu’elle était chinoise.

“J’ai juste continué la consultation. Vous connaissez ma philosophie ? Traiter le patient d’abord”, dit-elle.

“Le médecin peut être la personne la plus importante. Vous pouvez ne pas voir le meilleur du patient parce qu’il est effrayé et stressé.

“J’aimerais que personne ne soit raciste et c’est clairement quelque chose que nous devrons travailler plus dur à contrer quand ce sera fini, mais pour l’instant j’essaie de prendre le mantra qu’aucun d’entre nous n’est un ange, et ma première obligation est de fournir les meilleurs soins médicaux sans juger les gens”.

Le Dr Liang se réjouit que la plupart des gens la soutiennent, elle et son équipe, maintenant que l’ampleur du défi mondial est devenue une dure réalité.

“Il est amusant de constater que le racisme semble s’être un peu atténué au fur et à mesure que la pandémie progresse et qu’il devient évident que nous sommes tous dans le même bateau”, dit-elle.

“Sur la ligne de front, il y a une telle diversité et nous nous unissons tous pour faire le travail”.

Related Posts

Translate »
Radio Tele LAVDCONGO