Le discours du président investi Félix Tshisekedi a été suivi par de nombreux habitants de Beni. Cérémonie retransmise sur un écran géant dans certains bars de la ville.

A peine la cérémonie clôturée, certains habitants, qui se sentent déconsidérés par le fait qu’ils ont été privés de leur droit de voter à la présidentielle ainsi qu’aux législatives, ont exprimé leur frustration.

« Nous voulons la paix. Il faut qu’il fasse tout pour que nous ayons la paix à Beni », a lancé Francine venue suivre l’évènement. 

Les priorités de Tshisekedi 

Charles Kasereka Kalwahi est membre de la coalition Lamuka qui soutenait Martin Fayulu, le candidat malheureux mais préféré par de nombreux électeurs de la région. 

Bien que déçu, il attend de « voir le nouveau président à l’œuvre, notamment sur la question sécuritaire et la lutte contre la nébuleuse ADF. La question sanitaire est aussi urgente avec l’épidémie d’Ebola qui n’est toujours pas sous contrôle ».

Le principal défi qui attend le président Félix Tshilombo Tshisekedi dans la ville et le territoire de Beni reste en effet, le groupe rebelle Ougandais de l’ADF, accusé d’avoir tué des milliers de civiles dans cette région.

Interrogé à ce sujet, Paluku Maneno, un des responsables de l’UDPS, le parti du président Tshisekedi, se veut rassurant. Pour lui, « Félix Tshisekedi va d’abord éradiquer l’insécurité avant de s’attaquer aux problèmes sociaux ».

L’investiture de Félix Tshisekedi ne s’est donc pas traduite par des manifestations de joie dans les rues de Beni, une ville qui n’a pas pu voter lors de la présidentielle et qui, si elle l’avait fait, aurait sans doute voté pour Martin Fayulu selon des observateurs.

Read More