Les étudiants ont pris le soin de parfaire leur vocabulaire et leur grammaire avant de prendre la parole devant la chancelière Angela Merkel, qui pendant une quarantaine de minutes s’est livrée à l’exercice de questions-réponses.

« Vu que vous faites partie des dix femmes les plus influentes au monde d’après Forbes, quel est votre point de vue sur la situation actuelle de la femme?« 

« Est-ce que l’Allemagne peut être un allier privilégié pour nous jeunes africains, pour nous aider à produire la première voiture made in Burkina quand on sait que vous en avez une large expérience ?« 

La chancelière allemande Angela Merkel en compagnie des chefs d’Etat du G5 Sahel.

L’Allemagne, responsable devant l’histoire

La chancelière a répondu à toutes les questions, en relativisant toutefois sur le fait qu’elle n’avait pas la prétention de donner des leçons à la gouvernance burkinabè. L’Allemagne assumera toujours sa responsabilité devant l’histoire, a soutenu Angela Merkel.

« Merci pour vos questions. Tout d’abord, il faut dire que c’est un processus constamment renouvelé de génération en génération. Après la période nazie, après le début de la Seconde Guerre mondiale, l’Allemagne a fait basculer le monde dans une souffrance inédite. La situation morale de l’Allemagne était très complexe après 1945.« 

A la différence du passage du président français Emmanuel Macron à l’université de Ouagadougou, le président du Faso Roch Marc Christian n’a pas effectué le déplacement. Aucune question ne lui était adressée.
 

Des étudiants ravis, malgré quelques indignations

Au terme des échanges avec Angela Merkel, les étudiants ont fait part de leur satisfaction. « Je l’ai trouvé très sincère, très relax », a estimé un jeune homme. »J’ai vu une femme forte qui incarne la renaissance des femmes en termes de modèle. On l’a vu nettement situer la responsabilité de l’Allemagne.« 

« Moi particulièrement, je n’ai pas pu poser des questions« , a quelque peu regretté une jeune femme. « Je vois qu’elle est dynamique dans ce qu’elle fait, elle maitrise son domaine.« 

Un étudiant s’est tout de même indigné : pourquoi l’Allemagne fabrique et vend des armes qui servent à des terroristes pour déstabiliser le Burkina Faso? Angela Merkel a répondu que l’Allemagne ne vendait pas des armes à n’importe qui, et que tout serait régulé pour éviter le pire.

Read More