Etienne Tshisekedi, candidat # 11

-Le leader charismatique de l’UDPS et chef de file de l’Opposition politique et démocratique Étienne Tshisekedi wa Mulumba, dit Ya Tshitshi, s’est éteint à Bruxelles des suites d’une embolie pulmonaire.

Cet acteur politique de premier plan en République démocratique du Congo laisse dans le deuil son épouse et compagne de combat démocratique, Maman Marthe Kasalu, et ses enfants dont les plus en vue sont Christian et Félix Antoine.

Aussi laisse-t-il dans le deuil un parti politique, l’Union pour la démocratie et le progrès social, en sigle UDPS, devenu, au fil des décennies, le fer de lance du combat en faveur de la liberté mais également un patrimoine national et continental pour sa lutte pacifique, non-violente et non-armée et, surtout, sa lutte en faveur des droits fondamentaux de la personne humaine.

Le trépas d’Étienne Tshisekedi wa Mulumba constitue une lourde perte. Cette mort inopinée laisse un grand vide en République démocratique du Congo d’autant plus qu’il s’était personnellement érigé, et ce depuis 1997, en  »rempart » contre la balkanisation de cet État majestueux et richissime de la région des Grands Lacs africains et de l’Afrique centrale. Ceci pour avoir toujours promu le retour inéluctable aux résolutions de la véritable Conférence nationale souveraine (CNS) de 1992.

En effet, ce pays est soumis, depuis 1996, à de très fortes pressions extérieures, entre autres celles de la Communauté internationale, en vue de céder des pans territoriaux aux États limitrophes dont les velléités de désintégration du Congo sont un secret de polichinelle.

Ci-après un hommage lui rendu en 2009 au moment où l’UDPS se préparait à organiser son premier congrès de refondation.

Étienne Tshisekedi wa Mulumba

La Force d’un Peuple et l’Esprit d’une Nation

« Les pensées des Justes ne sont qu’équité [Jugement]; mais les desseins [la façon de diriger] des Méchants ne sont que fraude [tromperie]. Les paroles des Méchants sont des embûches [Embuscade] pour verser le sang, mais la bouche des Hommes Droits est une délivrance [les délivrera] ». Proverbes 12 : 5-6, Sainte Bible

Par Joël Asher Lévy-Cohen

Sur la planète Terre, s’il existe vraiment, de nos jours, un leader charismatique, lequel s’identifie à son Peuple et en qui se reconnaissent parfaitement l’ensemble de ses Concitoyens, le juriste Étienne Tshisekedi est incontestablement de cette envergure. À preuve, en signe de reconnaissance à son combat démocratique et à sa résistance politique en vue de leur libération du joug de la tyrannie macabre et fantoche, ses Compatriotes lui ont dédié spontanément une chanson évocatrice normalement entonnée dans les offices religieux du culte catholique : ‘‘ Nzambe aponi yo osalela ye, na nzoto pe na motema mwa yo mobimba, Nzambe aponi yo ! ‘’. Ce qui veut dire : ‘‘ Dieu vous a choisi pour le servir physiquement (en chair) et spirituellement (en esprit) ‘’.

Ce refrain, très souvent repris en choeur par les adhérents et sympathisants de son parti pour saluer sa bravoure et sa volonté inébranlable de conduire l’ensemble du Peuple congolais vers les rivages sacrés de la liberté et de la justice, définit en réalité la place privilégiée occupée par cet acteur politique clé dans le coeur de ses Compatriotes. Aussi traduit-il, en vérité, l’importance de son statut public dans la société.

En effet, par ce couplet non moins significatif, le Dr Étienne Tshisekedi en qualité de Président national de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) se voit reconnaître par ses Concitoyens une mission ayant nécessairement une portée messianique, une dimension prophétique. À ce titre, cette personnalité de premier plan est surnommée ‘‘Moïse’’. Ce qui signifie pertinemment le Sauveur, le libérateur. C’est-à-dire : « Celui qui les a sortis de la servitude ».

Donc, ses Compatriotes l’élèvent, en réalité, au rang de Serviteur de Dieu parmi les êtres humains. Son rôle messianique et prophétique consiste à les libérer du délire oppresseur, à les affranchir des supplices de la tyrannie répressive. Force est de reconnaître qu’un tel régime à n’en point douter écrasant avilit davantage l’espèce humaine pourtant créée à l’image de l’Éternel Dieu Tout-Puissant.

Pour ainsi dire, sa mission primordiale consiste en fait à racheter coûte que coûte la liberté des Opprimés que sont, certes, l’ensemble des Congolaises et Congolais. D’ailleurs, ceux-ci sont complètement muselés par un despotisme aveugle. Leurs droits fondamentaux sont totalement foulés aux pieds par un système assoiffé de sang humain. Ils sont méprisés par des dirigeants dont la méthode de gestion à la politique et administrative s’appuie sur un narcissisme pervers, destructeur.

Comme il travaille au nom de Dieu parmi les Hommes pour leur liberté, c’est-à-dire leur dignité, Étienne Tshisekedi est en fait un Pâtre chargé de rassembler le troupeau de l’Éternel Tout-Puissant et d’en prendre efficacement soin. Donc, sa principale mission est de le conduire directement vers les meilleurs pâturages verdoyants de la démocratie et de la liberté : « la Paix, le Développement et le Progrès ». En d’autres termes, par ce refrain, le Peuple congolais reconnaît en lui les véritables qualités de leader guidé par le Créateur, inspiré par la Conscience divine et illuminé par l’Esprit céleste.

Donc, la très grande majorité de ses Concitoyens lui reconnaissent les qualités de meneur d’hommes et d’éclaireur de consciences. De meneur de troupes parce que son rôle primordial est certes de montrer à ses Compatriotes la voie à suivre : « le véritable chemin de la liberté ». D’éclaireur de consciences dans la mesure où ce leader charismatique incarne par excellence « la droiture, la rectitude, la probité, le courage, la bravoure, la persévérance et, surtout, la sagesse ». Dans la mesure où son discours politique instruit visiblement le Peuple congolais et sa démarche idéologique inspire et illumine abondamment la Nation, et ce dans les épreuves les plus cruelles.

En cela, le Dr Étienne Tshisekedi est un prophète des temps modernes d’autant plus qu’un prophète parle et agit normalement au nom de Dieu. À cet égard, il instruit ses contemporains et annonce les événements futurs. En l’espèce, n’a-t-il pas prévenu ses Compatriotes du guet-apens que constitue le processus électoral destiné à imposer d’autorité un dirigeant fantoche, a fortiori un mercenaire, à la population ? N’a-t-il pas aussi mis en garde sur le danger que représente pour le Peuple sa participation au vote référendaire et au double scrutin présidentiel et législatif ? C’est, d’ailleurs, la raison pour laquelle celui-ci se doit non seulement de l’écouter [cerner] mais surtout d’apprendre à l’écouter [discerner] pour ne plus tomber bêtement dans les pièges tendus par les ennemis haineux de la Nation.

Cet avertissement vaut également pour de nombreux militants et sympathisants du Parti connus pour leur obsession, réputés pour leur excès de zèle voire même manque de jugeote dans les moments critiques. D’où l’intérêt d’une discipline sans faille, d’une rigueur à toute épreuve, d’un sérieux encadrement idéologique. D’où en vérité l’intérêt de se souder fortement, solidement, derrière le Dr Étienne Tshisekedi, de former avec lui un seul Corps (Parti) et un seul Esprit (Idéal).

Artisan de la paix, Apôtre de la liberté, Prophète de la démocratie, Combattant de la justice, Résistant, Lider maximo, etc., les qualificatifs ne manquent pas pour cerner l’action politique et définir l’entreprise idéologique du Président national de l’UDPS. Ce qui est sûr, le Dr Étienne Tshisekedi n’est pas à proprement parler un devin. Par sa capacité à cerner la trame historique des événements et à lire les signes du temps, il est un véritable « oracle ». Ce qui fait, éminemment, de lui la plus haute Autorité morale du pays. C’est la raison pour laquelle il importe de le consulter incessamment sur la marche démocratique de la Nation et la révolution libératrice du Peuple. D’autant plus que les événements finissent toujours par lui donner raison. À cet effet, ne mérite-t-il pas le surnom de Sphinx de Limete ?

Force est d’admettre que le Dr Étienne Tshisekedi ne tire aucunement parti de ses idées émises pour l’intérêt supérieur de la Patrie. Il en est plutôt victime(i). Il en est ainsi du pluralisme politique(ii) dont ce juriste est un adepte inconditionnel(iii), du processus électoral dont il est, par essence, le plus ardent défenseur(iv), des droits humains fondamentaux dont il se révèle, à vrai dire, le héraut patenté(v). Il en est de même pour le développement économique de la Nation(vi) et le progrès social(vii) du Citoyen dont il est effectivement un fervent avocat(viii).

Ce faisant, tous les geôliers de la Nation, les laquais et cerbères, tout comme les croquemorts de l’indépendance nationale et de la souveraineté internationale, sont réellement les plus grands bénéficiaires des idées et stratégies avancées par cette personnalité politique. Ce n’est pratiquement ni la population pour laquelle le Président national de l’UDPS se bat énergiquement, ni le Peuple tout entier dont il défend en réalité les droits les plus élémentaires, les libertés publiques fondamentales(ix).

Comme quoi, « ce sont les Méchants qui font [réellement] l’histoire ». Ainsi écrivait le grand philosophe allemand Friedrich Hegel. Le processus politique et électoral congolais ne l’a-t-il pas d’ailleurs corroboré ? En effet, ce sont les Mauvais, c’est-à-dire les assassins de la liberté, les fossoyeurs de la justice, les croquemorts de la démocratie, les criminels de guerre, les génocidaires qui ont pratiquement tous les droits en République démocratique du Congo (RDC).

Il sied de mentionner que la tyrannie et ses soutiens disposent du droit de fixer unilatéralement les règles du jeu politique. Le despote et ses affidés détiennent le
droit d’incarner les Institutions d’État avec l’aide de la Communauté occidentale et, surtout, la complicité meurtrière de la mafia internationale. Cette jouissance leur permet de représenter politiquement le Peuple qu’ils écrasent journellement. Aussi leur permet-elle de parler au nom d’une Nation dont ils ignorent, en vérité, la liberté et l’existence politique, de participer aux élections afin d’être recyclés.

En d’autres termes, les voyous concourent aisément aux scrutins électoraux pour être légitimés par les urnes, blanchis par les électeurs, en vue de bénéficier de l’onction du suffrage populaire et universel. Une telle escroquerie s’appelle, en réalité, « détournement de la volonté suprême du Souverain primaire » !
Debout Congolais !

Tous ensemble Unissez-vous derrière l’Avocat du Peuple, le Dr Étienne Tshisekedi, pour mettre un terme à la voyoucratie politique, à la kleptocratie maffieuse et à l’imposture étrangère (le régime de mercenariat).

I. Étienne Tshisekedi est un Martyr de la démocratie.

II. Le multipartisme.

III. La dictature rétrograde, réactionnaire et sanguinaire l’a sempiternellement exclu de l’espace institutionnel.

IV. Les mercenaires locaux et étrangers l’ont toujours exclu de la compétition politique.

V. Les droits légitimes des Cadres et militants de l’UDPS sont violemment foulés aux pieds par le régime liberticide et démocraticide. Les libertés publiques constitutionnellement reconnues aux Citoyens sont brutalement bafouées par le pouvoir oppresseur au grand mépris de la Loi fondamentale et des instruments internationaux.

VI. La prospérité industrielle.

VII. Le régime de protection sociale ou le filet de sécurité sociale qui couvre la Collectivité publique, la famille ou le salarié ou travailleur.

VIII. La maffia internationale a toujours appuyé et même coopté au sommet du pouvoir d’État les fossoyeurs de la justice sociale et les agents du sous-développement.

IX. Les pourparlers politiques intercongolais sont très instructifs à cet effet. Lors de ces négociations tenues dans la station balnéaire sud-africaine sise au nord de Pretoria en Afrique du Sud (Sun City), l’UDPS et tous ses experts commis au DIC ont été les seuls à fournir des documents au Médiateur sénégalais (Moustapha Niasse) et au Facilitateur botswanais (John Ketumile « Kett » Masire), à avancer des pistes de solution pour sortir de la crise politique et militaire. Mais, quand il s’est agi de partager le pouvoir politique, ce sont les voyous comptables de cinq millions de morts innocentes, dont la paresse intellectuelle ne fait aucunement mystère, qui sont récompensés par la Mafia internationale.

Joel Asher Levy

Journaliste Independant