Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Papes Benoît XVI et François : la guerre des deux papes n’aura pas lieu

 Benoit-xvi-Francois-vatican-pape-Un an a passé depuis le 11 février 2013 où, à 11 h 41, Benoît XVI avait prononcé devant un parterre de cardinaux stupéfaits : “Declaro me ministerio Episcopi Romae (…) renuntiare.” Un peu plus de deux semaines plus tard, il quittait le Vatican dans un hélicoptère blanc pour Castel Gandolfo. À 20 heures, avec la fermeture des portes du palais, le pontificat de Benoît XVI prenait fin. Depuis ce jour, à l’exception de rares photos publiées par L’Osservatore Romano, le pape émérite a disparu de tous les écrans radars.

Joseph Ratzinger réside pourtant au Vatican, à quelques centaines de mètres du palais où il fut, pendant sept ans, le chef spirituel de plus d’un milliard de croyants. Dans l’ancien monastère Mater Ecclesiae rénové pour accueillir le premier pape émérite depuis Grégoire XII en 1415, il habite en compagnie des soeurs Memores Domini, qui s’occupent de sa vie domestique, et de son secrétaire Georg Gänswein. Seul hôte de la “famille pontificale” : Georg Ratzinger, le frère de l’ancien pape, qui multiplie les séjours à Rome.

Joseph Ratzinger vit une vie régulière et retirée. Levé à 5 h 30, il célèbre la messe à 6 heures en compagnie des soeurs Domini et de son secrétaire. Après un petit déjeuner frugal – biscottes et confiture d’oranges amères -, il gagne à 8 heures son bureau pour y lire la presse allemande et italienne, répondre à son courrier, consulter des documents. À 11 heures, il médite et prie. C’est à cette heure que, le dimanche, il célèbre la messe, au cours de laquelle il prononce une homélie devant un auditoire toujours aussi restreint. Il déjeune à 12 heures, le plus souvent seul. Il n’a ainsi déjeuné que trois ou quatre fois avec le pape François depuis sa renonciation. Après une courte sieste, vêtu de sa soutane blanche et parfois coiffé d’un béret basque, il se promène dans les jardins du Vatican avec Georg Gänswein.

“Je vis cloîtré !”

À 16 heures, retour dans son bureau où il prend connaissance de la dernière édition de L’Osservatore Romano avant de se remettre au travail. Vers 17 heures, Joseph Ratzinger s’offre une heure de piano avant de se consacrer de nouveau à la prière. Le pape émérite dîne à 19 heures précises et regarde le journal télévisé de la première chaîne de la Rai. S’il regarde parfois un film ou une émission enregistrés pour lui, il ne se retire jamais dans sa chambre après 22 heures.

La cohabitation d’un pape émérite et d’un souverain pontife en exercice avait soulevé bien des inquiétudes. Joseph Ratzinger a donc choisi de se faire très discret pour ne pas faire d’ombre à son successeur. Trop discret, peut-être. Selon le quotidien La Repubblica, l’ancien pape se serait plaint de cette solitude : “Je vis cloîtré !” “Mais c’est vous qui vous êtes cloîtré tout seul, vous pouvez sortir quand vous voulez. Quel dommage que personne ne puisse entendre vos homélies”, lui a répondu son secrétaire. En effet, depuis son renoncement, Joseph Ratzinger n’a quitté le Vatican que deux fois : pour assister à un concert de musique classique à Castel Gandolfo et pour rendre visite à son frère hospitalisé.

Reste que le pape émérite écrit à de nombreux cardinaux dans le monde et fait passer des messages à la curie par l’intermédiaire de Georg Gänswein qui est également préfet de la maison pontificale du pape François. Mais toujours dans le respect de son successeur. Sur son papier à en-tête “Pontifex emeritus Benedictus XVI”, il a écrit au trublion de son pontificat, le théologien Hans Küng : “Je suis lié par une grande convergence de vues et une amitié de coeur au pape François. Mon unique et dernier rôle consiste à soutenir son pontificat dans la prière.” La guerre des deux papes n’aura pas lieu.

Le point.fr

Translate »