Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

New York: Matata chez Ban Ki-Moon!

Le nouveau Premier ministre a fait carrière dans les institutions financières publiques avant de devenir ministre des finances en 2010.
Le nouveau Premier ministre a fait carrière dans les institutions financières publiques avant de devenir ministre des finances en 2010.

-Lundi 4 février 2013, Augustin Matata Ponyo s’est entretenu avec le Secrétaire Général des Nations Unies, le Sud-coréen Ban Ki-moon. C’était au siège même de l’Onu, à New York. Au menu, la situation sécuritaire dans l’Est de la RDC. Pendant plus de quarante-cinq minutes, les deux hommes d’Etat ont échangé sur la problématique de la mise en place de la Force spéciale d’intervention des Nations Unies dans la région des grands lacs. Au Palais de verre, indique-t-on, il se dégage une unanimité sur l’urgence de parvenir à un accord entre les différents pays de la sous-région des grands lacs, en vue du déploiement d’une force qui aura un mandat différent de celui de la Monusco, avec pour cible principale, les forces négatives. Regrettant, à l’occasion, la mésentente manifestée lors du dernier Sommet des Chefs d’Etat de l’UA à Addis-Abeba, quant à la signature d’un accord de paix, M. Ban Ki-moon renseigne qu’il maintenait le contact avec la plupart des Chefs d’Etat de la sous-région et qu’il a l’espoir de parvenir à un arrangement porteur de paix. Outre le SG de l’ONU, Augustin Matata a également échangé avec M. Hervé Ladsous et Mme Suzan Rice, respectivement SG adjoint de l’Onu en charge des opérations de maintien de la paix et Ambassadrice des USA à l’ONU. Il a accordé, par ailleurs, une audience aux Ambassadeurs de la France, de la Grande Bretagne et de la Russie à l’ONU. Il leur a témoigné la reconnaissance du peuple congolais, pour le soutien manifeste à la cause du

Congo-Kinshasa. Il est onze heures locales, le dimanche 3 février 2013, lorsque l’avion A340 d’Air France atterrit à l’aéroport international John Fitzerald Kennedy, avec à son bord, le Premier Ministre de la République Démocratique du Congo, Matata Ponyo Mapon. Dans sa suite, le Ministre délégué aux Finances, le Vice-ministre des Affaires Etrangères et l’un des Conseillers principaux du Chef de l’Etat. Accueillie au bas de la passerelle par l’Ambassadeur Gata, le permanent aux Nations Unies, la délégation de Kinshasa a été conduite vers le Waldorf Astoria sur Park avenue où elle a pris ses quartiers, pour son séjour new yorkais. Un séjour marqué par des séances de travail avec les hauts responsables des Nations Unies et les différentes personnalités américaines, axées principalement sur la situation dans l’Est de la République Démocratique du Congo. Le froid qui a régné ce dimanche 3 février 2013 à New York était de nature à ne pas laisser un chat dehors. Mais, il fallait un courage exceptionnel à ceux qui sont venus de la chaude Afrique, pour affronter les aléas de la vie politique et travailler pour leur Nation. C’est là que la détermination de Matata Ponyo, plus que jamais résolu à faire bouger les lignes sur le plan diplomatique, au bénéfice de son pays, lui a permis de braver les intempéries. Tête-à-tête Matata- Ban Ki-moon C’est le lundi 4 février 2013 que le Premier Ministre Matata Ponyo Mapon a été reçu, sous le coup de douze heures, par le Secrétaire Général des Nations Unies, le Sud-coréen Ban Ki-moon, au siège même de l’organisation. Il faut signaler que c’est la première fois, depuis le passage de Lumumba, qu’un Premier Ministre RD-Congolais soit reçu à ce niveau, à New York. A l’heure pile et fidèle à sa réputation d’homme ponctuel, Matata Ponyo s’est présenté au bureau du Secrétaire Général. Pendant plus de quarante cinq minutes, les deux hommes d’Etat ont échangé sur la question épineuse de la mise en place de la force spéciale d’intervention des Nations Unies dans la région des grands lacs. En effet, depuis quelques mois, les experts des Nations Unies sont d’accord qu’il est urgent de parvenir à un accord entre les différents pays de la sous-région pour le déploiement d’une force qui aura un mandat différent de celui de la Monusco et qui devra user de la force systématique contre les forces négatives. C’est ainsi qu’à l’issue de la rencontre avec Matata Ponyo, Ban – Ki-Moon s’est adressé à l’opinion congolaise, en déclarant avoir été déçu lors de son passage à Addis-Abeba du fait de n’être pas parvenu à faire signer cet accord de paix. Il a aussi ajouté qu’il maintenait le contact avec la plupart des Chefs d’Etat de la sous-région et qu’il a l’espoir de parvenir à un arrangement porteur de paix. Ce dossier qui lui tient tant à cœur, a été abordé de manière rationnelle avec une parfaite maîtrise par le Premier Ministre à la sortie de l’audience. Moment émouvant où le Secrétaire Général des Nations Unies a accompagné son hôte vers la porte des ascenseurs située au trente-huitième étage, en lui serrant chaleureusement la main, comme qui dirait : ‘‘ je connais vos problèmes, laissez- moi y apporter la contribution des Nations Unies’’. Toujours dans la même journée, Matata Ponyo a reçu à déjeuner le Secrétaire Général adjoint des Nations Unies en charge des opérations de maintien de la paix, le Français Hervé Ladsous, accompagné de son staff dont le général Babacar Gaye que les congolais connaissent bien. Infatigable dans son périple américain, le locataire de l’Hôtel du Gouvernement a encore reçu quelques Ambassadeurs permanents à l’Onu notamment, de la France, de la Grande Bretagne et celui de la Russie dont le soutien à la cause congolaise mérite l’expression de gratitude de la part des autorités qui n’ont pas manqué de le manifester. Le clou de la journée va être atteint avec l’arrivée au Wadorlf Astoria de Suzan Rice, la représentante des USA à l’Onu. A l’heure pile, Madame l’Ambassadrice est reçue par Matata Ponyo qui, manifestement, saisit cette opportunité, pour éclairer la lanterne de la bouche autorisée de Barack Obama à l’ONU sur la crise congolaise. Au sortir de l’audience, Mme Rice s’est refusée à tout commentaire, malgré le caractère public de l’audience, en ne voulant pas répondre aux questions de la presse qui, pour lever l’équivoque, a dû la provoquer par des questions personnelles qui ont ainsi arraché des bribes des réponses. A coté de ces grandes audiences, le Premier Ministre a accordé quelques interviews à deux prestigieux organes de presse des USA, notamment le Wall street journal et la chaîne de Ted turner CNN. Prochaine étape de la mission, Washington DC.

Source: RTNC

Translate »