Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Necrologie: Ferdinand Ferella, grand amoureux de l’Afrique et du Congo, s’est éteint

Par La VOA

Ferdinand Ferella - De la Voix de l'Amerique

-Un membre respecté de l’équipe de la Voix de l’Amérique est décédé après une lutte avec le cancer du poumon.

Ferdinand Ferella, journaliste et rédacteur en chef du service francophone de la VOA (émissions destinées à l’Afrique), est décédé mardi matin à George Washington University Hospital, dans la capitale fédérale des Etats-Unis.

Ferella, qui était âgé de 59 ans, a rejoint la VOA il y a un quart de siècle, en 1986. Les auditeurs de longue date sont familiers avec la couverture de première main qu’il a assurée pour certains des plus grands événements du continent depuis lors, y compris la guerre civile au Burundi, les guerres civiles en République démocratique du Congo et le génocide rwandais de 1994.

Il était peut-être mieux connu dans la République démocratique du Congo, où il a couvert d’abord la Conférence nationale qui a vu l’avènement du multipartisme dans l’ex-Zaïre de Mobutu Sese Seko, il y a 20 ans, puis les guerres civiles de la fin des années 1990, et il est retourné en 2006 pour couvrir les premières élections démocratiques de la RDC.

Gwen Dillard, la directrice de la Division Afrique de la VOA, a déclaré que la stature de Ferella était si grande en RDC que certains journalistes ont donné son nom à leur fils.

Né à Rouen, en France, il a été diplômé de l’Université de Montréal au Canada, et a travaillé a Radio Canada International avant d’arriver à la VOA.

Comme l’a si bien dit Gwen Dillard, « Ferdinand Ferella nous manquera «extrêmement, comme un collègue et un ami. »

Notre collègue, grand amoureux de l’Afrique et du Congo, s’est éteint ce mardi 13 décembre 2011. Nous attendons vos hommages en sa mémoire. Merci pour lui.

9 thoughts on “Necrologie: Ferdinand Ferella, grand amoureux de l’Afrique et du Congo, s’est éteint”

  1. Avec une grande retard je viens de lire une mauvais message dans ma vie le decces de frere et Ami Ferdinand Ferella avec une grande regret de ce maudit cancer qui lui fait sucomber jusqu’a la mort,
    L’Afrique est particulierement nous les Congolais nous lui connaisont comme frere qui a sacrifier sa vie pour devoiler la verite au Monde entier ,
    Que votre ame soit en paix ,
    Nous te manquons Ferella
    Mes condoleance a ta famille
    Racine

  2. Je viens de prendre connaissance du décès de Fernidand FERELLA. Nous savons qu’inéluctablement, un jour, l’existence se termine pour chacun d’entre nous.
    Ces quelques mots ne modifieront pas ce triste état de fait.
    Pourtant je tiens à vous témoigner ma compassion.
    Je partage votre douleur mais les mots me manquent pour l’exprimer pleinement.
    Pour vous, j’espère voir cette épreuve s’effacer petit à petit, au fil du temps.

    Je suis entièrement déçu mais cela est la voie de tout le monde, sur ce , je remercie le bon DIEU car il nous dit de lui remercier dans toutes circonstances, celui qui connait le pourquoi.

  3. Jacques Lumbwele

    Ferdinand Ferella etait pour moi non seulement un confrere mais en meme temps un ami!

    C’est lors de la Conference nationale souveraine (CNS), sous le regime de Duvalier congolais (Joseph-Desire Mobutu), que la VOA envoya Ferdinand et moi couvrir ce grand evenement au “Zaire”.

    Je suis tres peine d’apprendre le deces de ce grand reporter!

    Mes condoleances les plus attristees a toute sa famille.

    Jacques Lumbwele

    Sun City, California

  4. C’est une grande perte non seulement pour la VOA mais aussi et surtout pour l’Afrique centrale en general our Ferdinand s’est beaucoup specialise pendants plusieures annees.

    Nous presentons a toute sa famille et surtout a la direction de la VOA nos condeleances.

    Freddy…Nous ne t’oublierons jamais

    Que ton Ame repose en paix

    Bertin Mubake

  5. C’est avec douleur que je lis ce message.Ferdinand Ferella c’était surtout la simplicité et le professionnalisme qui frappaient dès le premier contact quand on l’approchait.J’ai eu à travailler avec lui,il y a 20 ans d’ici.Un vrai professionel.Que son âme repose en paix!

    Zadain

  6. DieuDonné KALUMUNA

    BYE BYE Cher Propagateur des info sur l’Afrique, la RDC!

    Puisse l’Éternel susciter d’autres ‘Ferdinand Ferrella’ POURQUOI PAS à partir de Bukavu ou d’un quelconque coin du Sud-KIVU…!

    Il y a tellement des talents dans ce coin de la planète appartenant à NOTRE rdc…

    Là où le ……(les insuffisances ont) a abondé, la grâce a surabondé

    BYE

    D.K.

  7. Hommage mérité à Ferdinand Ferella. Nous nous souviendrons de cette voix qui vibrait sur les ondes de la voxi de l’Amérique. Certes que La Rdc manquera un reporter qui a été pendant longtemps aux cotés des organisations de la Société Civile.

    Que son ame repose en paix

  8. A la VOA,

    La disparition de Ferdinand Ferella nous laisse beaucoup de tristesse spécialement au Congo, à Lubumbashi, lieu de notre enfance et jeunesse.
    Nombreux d’entre nous, très jeunes, ont appris à connaitre le monde à travers ses brillantes émissions.
    Il savait donner des réponses bien précises aux préoccupations des jeunes, aux curiosités tendant à connaitre davantage les Etats-Unis, et à pénétrer les secrets du monde.
    Je suis sûr que plusieurs d’entre nous ne connaissaient pas sa nationalité et le considéraient juste comme un grand frère trouvant des réponses à tout.
    Il n’était pas rare que ses noms soient attribués en compliments aux collègues de classe qui se distinguaient par leur parler, curiosité et réponses aux préoccupations juvéniles…
    Il nous manquera toujours car, avec lui, une page de notre vie est totalement tournée. Toutefois, elle est tournée vers les grands souvenirs, les grands artistes, communicateurs, journalistes, bref les grandes figures historiques dont l’histoire ne parvient pas à enterrer définitivement les traces, ni même à entamer leur aura.
    Qu’il réponse en paix, que dis-je qu’il rejoigne le panthéon de ceux qui continuent à communiquer au-delà delà barrière de la mort et qu’il vive à jamais!

  9. Hommage mérité à Ferdinand Ferella dont la voix faisait vibrer de bonaheur, les jeunes que nous étions, avides d’infos internationales, cherchant désespérément la fréquence onde courte de la VOA, à une époque où les postes récepteurs n’étaient pas pourvus des cadrans à cristaux liquides… C’est cette voix, si familière, de FF qui indiquait qu’on était sur la fréquence recherchée; cette voix qui a nous a informé sur la marche du monde, qui alimenté plusieurs débats politiques, cette voix, nous ne l’entendrons plus jamais. Cela est bien triste car FF nous quitte à un moment où l’Afrique avait encore besoin de lui, pourquoi pas, pour couvrir le processus électoral en cours, chez nous, en RDC. Cet ami de l’Afrique et cet habitué du Congo vient de tirer sa révérence après une carrière si honorable; que ce vaillant chévalier se répose en paix et puisse sa famille, ses collègues et toute l’équipe du service francophone de la VOA, trouvent, à travers ces lignes, nos sincères condoléances.

Comments are closed.

Translate »