Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

MESSAGE DE SOUTIEN ET DE SYMPATHIE DU PEUPLE CONGOLAIS OPPRIMÉ ET ASSERVI A Mr KAREL DE GUTCH,

Jacques-Matanda

Jacques-Matanda

A Mr  KAREL DE GUTCH,

COMMISSAIRE EUROPÉEN AU DÉVELOPPEMENT

ET  ANCIEN MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES BELGES

Monsieur Karel De Gutch, Commissaire Européen au Développement,

Concerne : le Message de soutien et de sympathie vous adressé par Peuple congolais ,

Puisse t-il nous être permis de vous faire part du Message de soutien et de sympathie que vous adresse le Peuple congolais qui apprécie au plus haut point les marques de compassion et de solidarité que vous, Mr Karel De Gutch ne cessez de manifester à son endroit. Les 65 millions des populations civiles, militaires et religieuses congolaises saluent votre détermination à interpeller sans cesse la conscience humaine du leadership politique belge sur l’holocauste congolais et sur les Maitres de l’actuel Appareil d’État terroristes et génocidaires congolais. C’est dans ce contexte que le Peuple congolais place l’excellente déclaration que vous avez faite pour dénoncer les attitudes complaisantes étalées à Kinshasa par votre successeur au poste de Ministre des Affaires étrangères Mr Steven Vanackere face à l’un des principaux auteurs de la déshumanisation du Peuple congolais. Pour la circonstance vous déclariez  : “… Ce qui se passe au Congo est un drame inconcevable. En tant qu’être humain, je n’aurai pas pu me résoudre à avoir un entretien agréable avec Kabila, un verre de bière a la main …”

Vous avez eu raison, Mr Karel De Gutch : aucune conscience humaine digne d’appartenir au genre humain ne peut se complaire du génocide et de l’holocauste d’un Peuple. Aussi Votre déclaration est-elle perçue comme un appel à un changement radical devant mettre fin à 125 années de complaisance du leadership politique belge vis-à-vis de la deshumanisation du Peuple Congolais. Au mois de février 2005, en route vers Kinshasa, vous apportiez déjà une contribution extrêmement importante sur les origines et la nationalité tutsi rwandaises de l’actuel Chef de l’Appareil d’État congolais. Aujourd’hui, six années plus-tard, les Gouvernements belge et congolais sont tout à fait unanimes pour s’abstenir de porter un démenti à ces déclarations officielles faites en votre qualité de Ministre des affaires étrangères belges. La meilleure compréhension de vos déclaration impose d’avoir toujours à l’esprit la citation retenue par le Professeur Jean-Claude Willame dans son livre intitulé “L’Automne d’un despotisme” reprenant la déclaration faite en 1988 à la tribune de la Fédération des Entreprises belges par l’un de vos prédécesseurs au poste de Ministre des Affaires étrangères belges déclarant en substance : Il est établi une telle symbiose entre le Congo et la Belgique que le Chef de l’Appareil de l’État congolais est perçu chez nous (en Belgique) comme un membre du personnel politique belge et qu’il joue dans notre vie publique quotidienne un rôle qui n’est comparable à celui d’aucun Chef de l’État contemporain.

Prenant conscience de l’extrême gravité de l’actuel désastre humanitaire congolais,- Vous, Mr De Gutch soutenu par vos alliés politiques belges et européens, refusez d’apporter votre caution politique et morale à ceux qui ont transformé la République Démocratique du Congo en une gigantesque boucherie. En un camp de concentration et d’extermination massive d’un Peuple tels Bunchewald, Auschwitz … Aussi, Vos prises de position politiques sont  un appel à l’éveil de la conscience humaine du Leadership politique belge qui, du reste, a, orbi et urbi, reconnu sa responsabilité majeure dans le meurtre politique du Premier Ministre congolais, Patrice Emery Lumumba. Un crime politique que l’histoire universelle considère comme étant la cause principale des 50 années du cuisant échec des politiques post-coloniales belges au Congo (1960-2010). Cet échec a conduit notamment à l’appauvrissement et à la ruine totale des Membres de la classe moyenne congolaise et aussi à la destruction totale des gigantesques infrastructures de base érigées à l’époque coloniale en milieux urbains et urbains congolais. Quant au Peuple belge, il a, lui aussi, subi les plus grands préjudices du fait des choix politiques belges négatifs vis-à-vis du Congo. En effet, plus de vingt mille anciennes Petites, Moyennes et Grandes Entreprises belges ont été contraintes à la faillite au Congo et en Belgique. A ces faillites s’ajoute la perte d’environs cinq cents mille emplois belges créés jadis en Belgique et au Congo par les activités économiques et sociales belges au Congo. Pire : ces choix politiques belges ont contribué à faire du “blanchiment des narco-dollars” d’origines afgane, libanaise, latino–américaine et indo-pakistanaise la principale activité économique en République Démocratique du Congo alors que les réseaux terroristes et criminels internationaux sont les principaux opérateurs économiques dans notre pays.

Mr Karel De Gutch,- Vos déclarations sont, sans contestes, un appel de détresse en faveur d’un changement des politiques belges vis-à-vis de l’actuel Appareil d’État congolais confisqué par les Chefs des milices extrémistes génocidaire tutsi rwandais que de très nombreux Organismes humanitaires désignent comme étant au nombre des principaux co-responsables et co-auteurs des crimes contre l’humanité et du génocide ayant couté la vie de plus de 10 millions des populations congolaises : cette présumée co-responsabilité collective a été établie notamment en 1997 par le Rapport de la Commission d’enquête mise en place par le Conseil de sécurité des Nations-Unies et conduite par Roberto Garreton indiquant notamment : “Ces crimes semblent revêtir un caractère suffisamment massif et systématique pour que la qualification de crime contre l’humanité puisse leur être attribuée. Ils doivent, en attendant qu’une enquête plus approfondie puisse en identifier les auteurs, être déclarés impréscriptibles, conformément à  la Convention du 26 novembre 1968 sur l’imprescriptibilité des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité. En outre, les auteurs pourraient être justiciables des tribunaux internationaux, comme il en a été décidé pour l’ex-Yougoslavie et le Rwanda.”

De ce qui précède,- le Message de soutien du Peuple congolais à vous, Mr Karel De Gutch,- recommandera que :

La classe politique belge consente à évoluer humblement vers une auto-critique rigoureuse sur les 125 années de ses choix politiques en faveur du règne quasi ininterrompu du règne d’un système de gouvernement esclavagiste, terroriste, criminel, génocidaire et kleptocrate en République Démocratique du Congo (1885-2010). A toutes fins utiles,- cette auto-critique devrait remonter à l’époque du règne du système de gouvernement belgo-léopoldien (1885-1960). En effet, dans son livre intitule Les fantômes du roi Léopold (King Léopold’s Ghost),- Hochshild fait savoir que le roi Léopold prend sa place avec les grands tyrans Staline, Hitler et Pol Pot, ayant réduit la population de l’État indépendant du Congo de vingt millions d’habitants à dix millions en quarante ans. La motivation de Léopold, à en croire Hochschild, n’était qu’un désir pour l’argent qu’il pouvait gagner de l’exploitation des ressources du Congo. A cause du choix politique fait par la classe politique belge en 1960 en faveur du maintien du système de gouvernement du type « Staline, Hitler et Pol Pot »,- le Congo post-colonial est demeuré l’otage de l’équation “avant le Roi Léopold II = après le Roi Léopold II”. En effet, les estimations les plus objectives indiquent que 14 années ont suffi à l’actuel Chef de l’Appareil de l’Etat congolais et à sa nébuleuse pour réussir l’extermination de plus de dix millions de vies humaines congolaises (1996-2010).

.Mr Karel De Gutch,- ce Message de soutien et de sympathie du Peuple congolais constitue l’expression de la solidarité congolaise avec votre exceptionnel leadership politique pour l’éveil de la conscience humaine belge en faveur de  l’émergence d’un leadership politique belge novateur en rupture totale avec les dernières125 années de règne de l’Ordre ancien incarné par le système de gouvernement belgo-léopoldien (1885-2010). Ce Message de soutien salue votre appel à l’humilité des membres de la classe politique belge appelée à s’inscrire dans la perspective de la Réconciliation privilégiant l’édification non seulement d’un Etat de droit démocratique au Congo mais aussi d’un Partenariat économique et social mutuellement profitable aux Peuples congolais et belges.

Puisse Dieu Tout-Puissant accompagner le renouveau politique belge et européen pour la Réconciliation devant mettre fin à plus de 125 années de règne du système de gouvernement belge antinational et anti-Peuple congolais.

Parfaite considération.

Fait à  Washington DC, le 01 Février 2010

Jacques Matanda ma-Mboyo Kudia Kubanza,

“Porte-parole du Mouvement du 4 Janvier 1959”   et Représentant de l’UDPS auprès de l’Administration américaine et auprès de l’Organisation des Nations-Unies

Translate »