Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Les ONG de droit de l’homme se penchent sur le cas Kyungu Wa Kumwanza

Par Don Kayembe (LAVDC)

Antoine Gabriel Kyungu Wa Kumwanza

-Il  n’ y a pas deux sans un. Cet adage garde toute sa teneur dans les cas des événements malheureux qui se produisent au Katanga avec comme fer de lance Antoine Gabriel Kyungu Wa Kumwanza, le responsable numéro un du génocide Kasaien de 1992 a 1993, qui reste jusqu’alors impuni.

Pour rappel, M. Kyungu s’est fait vedette dans les tristes  événements de 1992 a 1993 qui s’ étaient soldés par le refoulement des non-originaires du Katanga notamment des Kasaiens qui étaient contraint de quitter leurs maisons sur toute l’ étendu de la province du Katanga. C’était surtout les Kasaiens résidant Kolwezi et Fungurume qui ont souffert les plus des atrocités impitoyable de la milice de Kyungu dans leur chair et ame.

Ces Congolais n’avaient qu’un seul péché qui ont commis, soit d’ etre venu du Kasai pur s’installer au Katanga, soit d’être nés des parents Kasaiens. Il y a des familles toutes entières qui ont été emportées par la mort, et les survivants vivent encore des traumatismes tant psychologique que physique. Tout ceci s’ étant passé dans l’ impunité totale. Ni la communauté internationale ni les gouvernements congolais qui se sont succédé après ces tristes événements nul n’a levé sa voix pour les condamner d’une manière responsable ni même traduire ce génocidaire Kyungu en juste, mais par contre il s’est vu élevé au poste du Président de l’ assemblée Provinciale du Katanga. Comme qui dirait il a eu sa récompense pour le travail bien fait.

Deux sans un, se sentant intouchable comme qui dirait dans cette république bannière ou les gens vivent sans loi ni foi, le tueur des Kasaiens veut se permettre le “Replay” en promettant l’enfer une fois de plus aux non originaires spécialement aux Kasaiens qui vivent au Katangasi si son candidat a la Présidence Joseph Kabila ne gagnait pas aux élections de Novembre 2011. Il l’a dit non seulement une fois mais dans ses différents rassemblements populaires notamment a Kolwezi, et dans différentes localités dans le nord de la province.

A ce sujet plusieurs ONG dont  la Fédération internationale des droits de l’Homme (FIDH) et ses organisations membres ont très tôt dénoncé cette seconde tentative d’extermination d’un peuple.

La FIDH veut s’occuper de ce génocidaire avant que le pire n’arrive. ». C’est ainsi qu’a l’issue de la réunion de son Bureau International du 24 au 26 juin 2011, la FIDH et ses organisations membres, la FIDH a declare que “la Fédération suit donc de près cette situation et envisage « d’en informer le Conseil de Sécurité et la Cour Pénale Internationale.”

Don Kayembe

LAVDC

Lisez plutôt l’ intégralité du communiqué de la FIDH ci-après:

RDC : discours xénophobes et d’incitation à la haine au Katanga
29juin 2011

A l’occasion de la réunion de son Bureau International du 24 au 26 juin 2011, la FIDH et ses organisations membres l’Association africaine de défense des droits de l’homme (ASADHO), la Ligue des Électeurs (LE) et le Groupe Lotus (GL), ont exprimé leur vive préoccupation face aux propos incendiaires, xénophobes et d’incitation à la haine que Monsieur Gabriel Kyungu wa Kumwanza, Président de l’Assemblée provinciale du Katanga, a tenus contre les ressortissants non originaires de la province du Katanga.

Pour exemple, le 25 mai 2011, à Kolwezi, M. Kyungu Wa Kumwanza a tenu les propos suivants : « Vous tous qui êtes venus d’ailleurs, vous êtes les bienvenus au Katanga si vous votez pour Kabila. Dans le cas contraire, vous rentrerez chez vous comme vous êtes venus. Vous qui utilisez la langue betu’abo, si vous votez pour le monsieur qui a de grosses joues, vous rentrerez chez-vous…on ne vous laissera pas tranquille. […] Si Kabila n’est pas élu, c’est le Soudan au Katanga…. »

Ces propos tenus à quelques mois des élections présidentielles et législatives, sont relayés par la station provinciale du Katanga de la Radio et Télévision Nationale Congolaise (RTNC) sans aucune censure.

La FIDH et ses organisations membres rappellent qu’entre 1992 et 1993, ce genre de discours tenus en toute impunité par Monsieur Gabriel Kyungu Wa Kumwanza, alors président provincial du parti politique UFERI, avait entrainé des attaques massives dirigées contre les ressortissants de provinces du Kasai et leurs biens. Plusieurs dizaines de femmes, enfants et personnes âgées avaient perdu la vie soit au Katanga, soit dans des trains et véhicules qui les ramenaient dans leurs localités d’origine. Ces graves violations des droits de l’Homme font partie de celles répertoriées par le rapport Mapping des Nations Unies publié le 1er octobre 2010 et qui a recommandé au gouvernement congolais de mettre en place une juridiction appropriée devant poursuivre les auteurs des crimes commis entre 1990 et 2003.

La FIDH et ses organisations membres condamnent ces appels au séparatisme, à la violence et à la xénophobie lancés par Monsieur Gabriel Kyungu Wa Kumwanza dans la province du Katanga.

Elles demandent au Gouvernement de la République démocratique du Congo de réprimer par la voie de la justice ce genre d’agissement, de s’assurer que les médias tant officiels que privés ne soient pas utilisés pour véhiculer les discours de haine ou d’appel à la violence et de veiller à la sécurité des personnes et de leurs biens sans aucune discrimination.

La FIDH et ses organisations membres restent saisies sur cette situation et préviennent sur l’éventualité d’en informer le Conseil de Sécurité et la Cour Pénale Internationale

3 thoughts on “Les ONG de droit de l’homme se penchent sur le cas Kyungu Wa Kumwanza”

  1. kyungu a raison,les kasains n’ont pas droit a postuler a un poste politique au katanga, au niveau
    national pas de probleme, le katanga aux katangais.
    ils peuvent vivre au katanga mais pas a la politique de la province s.v.p.

  2. J’ai vu la conference de presse de “Muyambo”… Mr Muyambo a un parent d’origine non congolais, un peu comme Moise et Kyungu! Une question : Comment ces congolais mulatres se permettent-ils d’exclure des congolais de souches a 100% du processus electoral? Kyungu a dit par exemple que les Kasaiens vivant au Shaba ne peuvent plus postuler a un un poste politique. Leur tache est de voter les katangais.

  3. ns katangais pourquoi sommes ns complexe devant les kasaiens? pr faire passe un message il faut citer les kasaiens? faisons attention les politiens katangais en vogue sont nos demi feres ou sont nos vraie katangais de pere et mere ?

Comments are closed.

Translate »