Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Les faux médicaments tuent les pays pauvres

Par Fiacre VIDJINGNINOU (AFP)

Malades-dans-un-hopital-en-RDCEn Afrique (ici, un dispensaire de l’Onu au Congo), 30 % des médicaments sont faux ou sous-dosés. Fabriqués en Inde ou en Chine, ils sont revendus dans la rue. : Reuters

L’ancien Président français, Jacques Chirac, a lancé un appel contre le commerce des faux médicaments. Un marché mondial de 45 milliards d’euros, qui a déjà fait des milliers de morts.

À quelques kilomètres du palais des congrès de Cotonou (Bénin), d’où l’ancien président Chirac a lancé, le 12 octobre, sa croisade contre les médicaments falsifiés, Adjégounlè s’étend sur plus de 1 000 m2. Le quartier des faux médicaments ne désemplit pas, même le dimanche.

Le soleil tape dur. Au milieu de son étal, Aïcha, 31 ans, dégouline de sueur. Les médicaments chauffent aussi, tout comme le tiroir-caisse. « Comment voulez-vous que nous arrêtions ? Chaque jour, je fais un chiffre d’affaires moyen de 600 000 francs CFA (914 €). Je fais vivre toute ma famille ! »

Cette grossiste, qui approvisionne tout le marché, n’a pas l’air de se soucier des ravages de ses médicaments frelatés : au moins 250 morts et 340 malades, entre avril 2007 et juin 2008, pour le seul Centre national hospitalier et universitaire de Cotonou.

Dans un pays où plus de 6,8 % de la population est au chômage et où l’économie informelle (non officielle) représente plus de 80 % de la richesse nationale, la débrouille est devenue la norme. « Pour nous, c’est tout bénéfice, plaide Jean Soton, un client d’Aïcha. Ici j’achète une boîte de Bristopen à 2 500 FCFA (3,81 €). En pharmacie elle coûte 6 000 FCFA (9,14 €). Alors, le risque vous savez… » L’État semble impuissant. « La plupart du temps nous nous fournissons au Ghana ou au Nigeria voisin. À la douane, nous payons des taxes comme pour n’importe quel produit. Une fois sur le marché, nous payons la patente à la municipalité et nous obtenons une autorisation de vente », explique avec une franchise déconcertante Chérifath Adimi, une autre « pharmacienne » .

« Il y a même des ONG (organisations non gouvernementales) qui viennent nous vendre des médicaments, poursuit-elle. Nous nous approvisionnons parfois dans des pharmacies dites officielles. Nous ne faisons rien d’illégal. »

« Oh que si ! » proteste Me Sadikou Alao, l’avocat-conseil de l’ordre des pharmaciens du Bénin. « Le manque d’infrastructures a créé un terrain propice à ce genre de pratiques obscènes. »

Selon l’Organisation mondiale de la Santé, 200 000 vies pourraient être sauvées chaque année par l’éradication des faux médicaments. Il y a eu 300 morts au Panama en 2006 à la suite de l’utilisation d’un excipient contrefait, et près de 100 bébés sont morts au Nigeria, l’an dernier, après avoir absorbé du faux sirop de paracétamol.

1 thought on “Les faux médicaments tuent les pays pauvres”

  1. LA NECESSITE DONC POUR NOUS DE NOUS ORGANISER SANS TERGIVERSER POUR ASSURER NOTRE SECURITE,SINON NOTRE DISPARUTION EST DEJA ORGANISEE.ET,CETTE ORGANISATION DOIT TENIR COMPTE DES INTERETS DES AUTRES,POUR EVITER D’ETRE ETOUFFEE DANS L’OEUF;

Comments are closed.

Translate »