Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Le Rwanda prépare une nouvelle incursion: Troupes rwandaises massées à partir d’Ishasha

Soldats Rwandais
Soldats Rwandais

-Quand le téléphone rouge de “CONGONEWS” sonne, c’est qu’il s’agit d’une information très sensible. Seules nos sources les plus confidentielles y ont accès, question de s’assurer une “communication sécurisée”, à l’abri des interceptions devenues pratique courante en RD-Congo avec les tables d’écoute acquises, il y a quelques temps, via un ancien ambassadeur. Et là, il a sonné à une heure du matin. Donc davantage sensible. Au bout du fil, la source fait état d’une alerte. Alerte à l’Est où notre interlocuteur affirme qu’il se prépare une nouvelle invasion rwandaise. Difficile d’y croire à considérer la position de la communauté internationale très critique envers Kigali ces derniers temps mais fort probable pour quiconque connaît les capacités manœuvrières de Paul Kagame vis-à-vis de ses parrains américains et britanniques. Pour cette fois-ci, le prétexte tout trouvé est la présence supposée des islamistes Chebab dans la partie Est de la RD-Congo. Kigali a dramatisé avec des preuves, réelles ou fabriquées, sur l’engagement des FDLR au front, aux côtés des troupes des FARDC. En tout cas, pour les renseignements militaires rwandais, les obus qui ont atterri à Gisenyi pendant l’offensive contre le M-23 sont l’oeuvre des FDLR. Les trois mis ensemble suffisent pour obtenir la bénédiction des maîtres du monde à traverser la frontière rwando-congolaise. Petite raison d’espérer, la décision n’est pas encore prise mais pourrait l’être très vite dans les jours à venir. Sur le terrain, le premier signal a été donné de l’autre côté de la frontière, à partir d’Ishasha, ciblé à Kigali comme le point de départ d’une éventuelle attaque très prochaine des FDLR. Du coup, les troupes des RDF -Rwandase defense force- y ont été massées depuis quelques jours. Le changement intervenu récemment à la tête de l’armée rwandaise est un autre élément du puzzle. Le chef d’état-major général Charles Kayonga a été remplacé par Patrick Nyavumba, plus connaisseur de la RD-Congo que son prédécesseur. Nyamvumba, c’est le tombeur des Ougandais à Kisangani dans des affrontements les plus inacceptables dans l’histoire de l’humanité entre deux armées étrangères sur le sol d’un autre Etat. Que Nyavumba arrive là au moment où le M-23 perd du terrain tranche avec les confessions de foi de Kagame à faire la paix avec Joseph Kabila. Allez-y mettre sur le compte de toutes ces menées, l’ambigüté d’une communauté internationale où les Nations-Unies se réservent d’épingler nommément le Rwanda alors que Barack Obama lui a adressé un ultime avertissement. Encore que, sur un autre théâtre des opérations, au Moyen-Orient, des mises en garde de même nature et proférées avec autant de fermeté n’ont rien changé sur la volonté d’Israël de poursuivre les colonisations en territoire palestinien depuis le premier mandat d’Obama.
MTN

Congo News

Translate »