Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Le Rwanda face à la débandade du M23: que faire ?

Paul Kagame- Coupable
Paul Kagame- Coupable

-Le temps se gâte pour le M23. Délogé de ses sanctuaires de Kibumba, Rutshuru et de Rumangabo sous les coups de boutoir de l’armée congolaise et de la brigade d’intervention des forces de l’ONU, le mouvement rebelle congolais est visiblement en train de vivre ses derniers instants d’agonie. La situation militaire est devenue tellement inconfortable pour lui qu’il s’est vu dans l’obligation d’appeler à la reprise des négociations de Kampala, mais Kinshasa, fort de ses succès militaires entend poursuivre le ménage jusqu’à son terme. Il faut dire qu’il ne pouvait pas en être autrement. En effet, depuis que l’ONU a décidé de donner un mandat offensif à ses forces déployées en RDC, l’on s’attendait à la fin de la récréation pour le M23. Car, on voit mal le mouvement rebelle défier la Brigade d’intervention de l’ONU qui a vu ses effectifs augmenter et ses équipements militaires renforcés.
Le Rwanda est tenu à la sagesse car il risque gros dans l’affaire. Par ailleurs, le parrain rwandais, qui a toujours démenti soutenir le M23, se trouve dans une posture où il est obligé d’assister, sans réagir, la mort dans l’âme, à la débâcle d’un de ses moyens de pression et de chantage en RDC.

L’on se rappelle que depuis que Laurent Désiré Kabila a été porté à la tête de la RDC par les bons soins de Kampala et de Kigali, le Congo est tenu en laisse par Paul Kagamé qui décide de quand faire la paix et de quand faire la guerre. Cette humiliation permanente du Congo par le « petit Rwanda » exaspère le peuple congolais et amène certains Congolais à regretter l’époque de Mobutu Sésé Séko pour qui l’intégrité du territoire congolais était un acquis qu’aucun voisin n’osait remettre en cause. La donne est certainement en train de changer avec les victoires des forces armées congolaises sur le M23. Le Rwanda est tenu à la sagesse car il risque gros dans l’affaire. C’est pourquoi il ne prendra pas le risque d’affronter les forces de l’ONU en soutenant activement et publiquement les rebelles cette fois-ci, comme il l’a toujours fait dans le passé.
L’on peut ajouter à cela que la communauté internationale commence à montrer des signes de lassitude et de nervosité devant les agissements de l’homme fort de Kigali dans l’Est de la RDC.
En tous les cas, il est impérieux de mettre un terme au supplice des populations de cette partie du territoire congolais par tous les moyens. C’est pourquoi Joseph Kabila ne doit pas se laisser griser par ses victoires militaires et ne doit pas balayer d’un revers de la main la demande par le M23 de la reprise des pourparlers de Kampala. Toutes les voies d’une paix durable doivent être envisagées.

Tout le monde sait notamment que l’Afrique du Sud ne porte pas dans son cœur le Rwanda

C’est dans ce contexte marqué par une série de victoires des FARDC et la débandade du M23 que Jacob Zuma a effectué une visite officielle de deux jours en RDC. Cette visite de la première puissance militaire et économique du continent est une illustration de l’excellence des relations entre la RDC et la Nation « arc-en-ciel ». D’ailleurs, la bienveillance de l’Afrique du Sud pour la RDC n’a pas commencé aujourd’hui. En effet, le pays de Nelson Mandela joue depuis plus d’une décennie un rôle déterminant dans la recherche de la paix dans l’Est du Congo.
L’on se rappelle que c’est sous son égide que les accords de « Sun city » ont été signés en 2003, mettant un terme à une guerre qui avait embrasé toute la région des Grands lacs. Par ailleurs, plus d’un millier de soldats sud-africains participent à la nouvelle brigade d’intervention de l’ONU en RDC.
Cette visite d’Etat de Jacob Zuma, au-delà de tout ce qui vient d’être évoqué, peut être interprétée comme la volonté de la Nation « arc-en-ciel » de marquer son territoire en signifiant à tous ceux qui alimentent le brasier congolais, que la recréation est terminée.
Tout le monde sait notamment que l’Afrique du Sud ne porte pas dans son cœur le Rwanda, qui, à ses yeux, est un Etat trublion et déstabilisateur de la région des Grands lacs. Paul Kagamé, qui cherche un alibi pour voler aux secours du M23, sait que l’Afrique du Sud verrait cela d’un mauvais œil. L’histoire est en train de s’accélérer dans l’Est de la RDC et le temps n’est peut-être pas loin où on assistera à l’instauration d’une paix définitive dans cette partie du Congo, qui en a véritablement besoin pour que les immenses richesses dont elle regorge, servent enfin au bien-être des populations.

Pousdem Pickou- avec Le Pays

Translate »