Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Laurent-Désiré Kabila, 16 ans après

LARUENT KABILA17 mai 1997-17 mai 2013. Seize ans, jour pour jour,  depuis que Laurent-Désiré Kabila prenait le pouvoir en RDC, après avoir renversé le maréchal Mobutu Sese Seko qui a trôné pendant 32 ans.  

Laurent-Désiré Kabila est un homme politique congolais. Engagé à partir des années 1960 contre le régime de Mobutu, il parvint finalement à renverser ce dernier, le 17 mai 1997. Aussitôt installé au pouvoir, il redonna au pays – rebaptisé Zaïre par Mobutu – le nom de République démocratique du Congo. Président de la République démocratique du Congo de mai 1997 jusqu’à son assassinat, le 16 janvier 2001, il fut, un an après sa prise du pouvoir, confronté à la deuxième guerre du Congo.

Il était localement surnommé Mzee, signifiant littéralement le vieux en swahili. Après sa mort, c’est son fils Joseph Kabila qui lui succéda. Les premières luttes de LD Kabila remontent au début des années 1960, durant la crise congolaise qui accompagné et suivi l’accession du pays à  l’indépendance.

D’août 1960 à janvier 1961, il lutte contre la gendarmerie katangaise dans les rangs de la jeunesse du Parti Balubakat (Jeubakat). Jason Sendwé, chef de la Balubakat, le parti qui regroupe les membres de leur ethnie commune, celle des Luba, remarque ses talents d’orateur et le nomme « colonel » des jeunes, en fait des milices Balubakat au Katanga. Ces milices se rallient à l’insurrection déclenchée par les forces lumumbistes en 1964.

D’après le témoignage de Che Guevara qui essaya d’appuyer les maquisards de Kabila établis à Fizi, sur les rives du lac Tanganyika en 1965.  Le maquis de Kabila parvient à se maintenir pendant une trentaine d’années. Il ne dépasse pas les limites d’un territoire exigu et est relativement toléré par le régime mobutiste.

PRISE DE POUVOIR

Curieusement, il se tient à l’écart lors ds deux invasions des ex-gendarmes katangais au Shaba en 1977 et en 1978.  En novembre 1984, le PRP refait surface quand ses commandos venus de Tanzanie investissent pendant trois jours la ville de Moba, au Nord-Shaba, sur le lac Tanganyika, avant de se replier.

Début octobre 1996, il prend la tête de l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre (AFDL), avec pour objectif le renversement de la dictature du Maréchal Mobutu.

Après sept mois de conquêtes, les troupes de l’AFDL entrent, le 17 mai 1997, dans la ville de Kinshasa, désertée par tout le clan Mobutu et par les principaux généraux. Cette entrée, à l’exception de quelques heurts, se fait en toute tranquillité. Laurent-Désiré Kabila a gagné son pari « prendre la capitale du Zaïre avant juin 1997 » et prend, de facto, le pouvoir (voir « Déclaration de prise de pouvoir » en devenant le troisième président du pays.

Durant la première guerre du Congo, la coalition (Rwanda, Ouganda) le place à la tête de l’AFDL. Mobutu Sese Seko est renversé en mai 1997. Après la fuite de Mobutu, il se proclame président de la République. Le pays retrouve son appellation suite à son indépendance de 1960, le fleuve est à nouveau rebaptisé Congo, le franc congolais se substitue au nouveau zaïre, l’hymne national, la devise du pays sont changés.

À partir de 1998, juste après sa scission avec le Rwanda et l’Ouganda, il prend plusieurs décisions, nomme personnellement les députés, emprisonne les hommes politiques qui ne partagent pas ses points de vues ainsi que plusieurs journalistes étrangers ou autochtones.

En 1999, il abolit l’AFDL, pour créer le CPP (Comité du pouvoir populaire) et en 2000, il  fonde un nouveau Parlement de 300 députés en tout. Pendant qu’on s’y attendait le moins, Laurent-Désiré Kabila fut assassiné, le 16 janvier 2001 par les ennemis du peuple congolais. Communément appelé « soldat du peuple », Laurent-Désiré Kabila a, de son vivant, invité les Congolais à se prendre en charge. Un autre message, et non des moindres, qu’il a légué à la population congolaise, celui de ne pas trahir le Congo.
Écrit par LP -Le Potentiel

Translate »