Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

La Kabilie offre la Gécamines comme cadeau à Jack Rosen un juif homme d’affaires américain

cheminee-de-la-gecamines-Pour son maintien au pouvoir en RD-Congo, la Kabilie offre la Gécamines comme cadeau à Jack Rosen un juif homme d’affaires américain

La « RD-Congo » est un pays qui compte plus de 70 000 000 d’habitants. Ce chiffre prouve à lui-seul que la capacité de sa population est considérablement large pour que la priorité à l’embauche, et surtout dans le secteur aussi important que couvre la Gécamines,  soit STRATEGIQUEMENT réservée aux  plus méritants des filles et fils du pays. Et les compétences nationales  ne manquent en ce domaine.

Dans un pays comme le Congo qui souffre d’insuffisance d’hommes d’affaires  nationaux et de stature internationale, et ce, comme il en existe pourtant ailleurs dans divers pays économiquement compétitifs,  l’ambition primordiale de l’État congolais, qui en possède par contre les moyens,  aurait été de soutenir, et financièrement s’il  le fallait, la naissance  d’une classe économique nationale dont l’impératif serait non seulement de rivaliser en affaires  avec les Bolloré, les Albert Frère, les Paul Desmarais et autres, mais également de financer l’économie du pays et son système démocratique, et cela,  tel qu’il se déploie sous d’autres cieux en lieu et place d ’une dépendance aliénante à une bourgeoisie d’emprunt et extérieure dont les intérêts freinent et voire s’opposent à  la visibilité  économique de la RD-Congo.

Ailleurs, les Sarkozy et autres Poutine se battent pour leurs  Bolloré, leurs Dassault, leurs  Bettencourt (l’Oréal). Les Américains vont jusqu’à provoquer de guerre afin de procurer des débouchés économiques à Bill Gates, à Steve Jobs, etc.  Et sur le plan intérieur dans ces différents pays, le marché public local leur est prioritairement réservé. On l’a vu notamment en France entre François Mitterrand et son vieil ami  Roger-Patrice Pelat. C’est le cas également du Canada qui se targue de son Paul Desmarais.

Ce qui voudrait dire qu’un leadership, qui  non seulement se respecte mais également est conscient de ses responsabilités vis-à-vis de son peuple et de sa nation,  pense et privilégie avant tout intérêt national  là où  la bande à « Joseph Kabila » se paye ouvertement la tête des Congolais  en cédant un poste d’administrateur à la Gécamines à un sujet étranger, américain ou pas, et ce, pour des raisons personnelles et égoïstes. Il s’agit de Monsieur Jack Rosen, un des juifs le plus influent de l’Amérique à qui le quotidien israélien Haaretz consacre en date du 8 novembre 2013 un article sur son site internet et dans lequel son auteur déclare à son sujet ce qui suit :  « [Jack Rosen] likes to help politicians when they most need it. Now he moves among presidents, princes and tyrants […]Jack Rosen still believes that President Barack Obama will be reelected. He says the “American people are smart, and they will make the right choice.”»[1].

Le nouvel administrateur américain à qui la Kabilie offre la Gécamines, et ce,  en guise de reconnaissance, de remerciement et de son maintien éternel au pouvoir, possède une autre qualité que l’article de Haaretz met en exergue mais que la Kabilie implicitement tait, celle qui consiste à porter secours aux politiciens et autres tyrans qui se trouvent dans une situation d’ « indésirabilité ».  C’est le cas actuel de « Joseph Kabila » qui aura du mal à cacher  les raisons de l’embauche de son américain derrière la Gécamines en prétextant que sa nomination dépendrait de ses « qualités [de] chef d’entreprises international qui pourra conseiller [la Gécamines] et sa direction dans la poursuite et la mise en place de leur Plan de Développement Stratégique […]Son expérience fait de lui la personne idéale pour la fonction qui lui est accordée ; il connait et comprend parfaitement le développement, la restructuration et le financement international de projets. Parmi ses qualités, celle de gérer ses équipes en prenant en compte un maximum d’aspects et d’enjeux »[2].

Il est vraisemblable que « ces compétences [soient] indispensables pour contribuer au développement et à la vision de la Gécamines », mais les « Nègres » de la Kabilie, qui souffrent d’un complexe d’infériorité de peau, ignorent le fait que cette fameuse élite étasunienne,  dont les compétences et les connaissances sont exaltées,  a conduit les États-Unis dans une situation  d’insolvabilité et presque de faillite. On citerait à titre illustratif notamment la crise des subprimes et les banques américaines, les États-Unis qui se trouvent en cessation de paiement à l’instar des pays que l’élite anglo-saxonne a baptisés du nom de « PIG », porc en français : le Portugal, l’Irlande et la Grèce. Que dire de l’Europe qui se trouve également  elle-même dans en état de choc, de sous et de sans-emploi et même de la  chosification de l’homme européen. Quand la Grèce,  qui philosophiquement est considérée comme le berceau de la civilisation occidentale, se meurt ce que la civilisation occidentale elle-même touche le fond. Alors je me demande en quoi des connaissances,  qui n’ont jamais  su jamais relevé les Etats-Unis  de son engourdissement,  peuvent subitement aider à la renaissance de la RD-Congo, un pays déjà déstabilisé. Comment est-ce possible d’idolâtrer un modèle qui a eu à démontrer suffisamment ses  limites ? Je pense que seuls des « Nègres », entendons par là des esclaves,  se condamnent à reprendre de la déjection.

Une fois de plus, la Kabilie navigue à vue. D’une aliénation rwandaise à une autre, elle n’arrive à faire porter un rêve national à une jeunesse congolaise qui pourtant est en quête d’une identité nationale. La nomination de Jack Rosen conforte nos convictions que désormais les Anglo-Saxons ne se gêneront plus de « faire nommer » des américains et autres anglo-saxons à la tête de la RD-Congo. Et ce moment tant attendu,  et qui arrive à propos, fait entrer les peuples du Congo au stade ultime de son combat contre un système qui  a atteint son degré de paroxysme, c’est-à-dire qui décline. Il aidera à faciliter la mobilisation de la masse ainsi que des intelligences et une stratégie appropriée.  N’est-ce pas que chaque chose arrive en son temps pour un peuple opprimé et qui se prépare régulièrement à son rendez-vous avec l’histoire : son émancipation ainsi que son auto-détermination en tant que peuple.

En conclusion, je n’ai rien contre personne ni contre les intérêts de qui que ce soit, puissants ou faibles,  mais j’ai en horreur que les intérêts du Congo et ceux des Congolais ne soient ni pris en compte ni défendus.

Vivement le putsch en RD-Congo!

 

Likambo ya mabele, ezali likambo ya makila…

 

 

 

Mufoncol Tshiyoyo

GSM 004745007236, mufoncol_tshiyoyo@yahoo.com

Président du R.A.P.-Rassemblement pour l’Alternative Politique en RDC,

Mouvement politico-militaire

 

 

Translate »