Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Kingakati :la bombe de Kabila

Joseph Kabila: La RDC n’est pas du tout complexée par le niveau de la démocratie.-Comment décoder le message présidentiel de Kingakati ? C’est la question la mieux partagée dans le gotha politique. Retour sur une annonce qui bouscule bien des calculs. Dans l’Opposition comme au sein de la Majorité.
 
Kingakati, vendredi 9 août 2013. Tout ce que la kabilie compte des têtes couronnées ou presque répond présent à l’invitation de l’Autorité morale. Rencontre tant attendue et tant redoutée aussi. Avec raison. Car, lorsqu’il prend la parole, Joseph Kabila prend date avec l’Histoire. Une annonce majeure. Dans ce pays, nous devons apprendre à assister à une passation civilisée des pouvoirs entre un président sortant et celui entrant, dit en substance le chef de l’Etat.  La RDC doit devenir, de ce point de vue, un pays normal. Surprise voire stupeur dans l’assistance. Mines plus interrogatives que compréhensives parmi les sociétaires de la Majorité.
 
Que veut dire le Raïs ? A la fois ce que l’on comprend au premier degré et sans doute ce que ne laisse transparaître ce message inattendu. D’abord, le Président coupe l’herbe sous les pieds à tous ceux qui, dans l’Opposition et dans certaines officines,  lui intentaient  presque par principe un procès ” en tentative de  violation de la Constitution “. Garant de la Loi fondamentale, le chef de l’Etat entend la respecter et aussi la faire respecter. 
 
Cette annonce bouscule tout autant nombre d’opposants qu’elle désarçonne certains kabilistes.  Face à une certaine opposition qui s’agitait davantage par peur que par conviction, la mise au point présidentielle vide le ” fonds de commerce ” d’une bonne partie de  sa substance.  Au touche pas à mon 220, le président frappe plus fort : ” touche pas à ma Constitution ” !
 
Qui fait mieux !
 
 Au sein même de la Majorité, le renouvellement de l’engagement présidentiel crée aussi la panique.  Certains dans la kabilie se demandent ce qu’ils vont devenir ! Bonjour la fameuse incertitude du lendemain.  Aux uns et aux autres, Kabila, fidèle à sa filiation nationaliste, aurait fait remarquer qu’il y a des gens qui se croient plus importants que le pays et le peuple. Rien n’est plus faux.
 
Reste que s’il a cru bon de rappeler son attachement à la norme constitutionnelle, le Président, selon des sources croisées, ne s’est pas prononcé sur l’après- Concertations nationales.                   
 
Dans l’hypothèse vraisemblable, du point de vue de la jurisprudence zaïro-congolaise, où ce énième forum national déboucherait même au minimum sur une proposition d’ajustement de l’équipe gouvernementale, qu’en serait-t-il de la Constitution ? S’il a clos une polémique politicienne dont il était au centre bien malgré lui, Joseph Kabila  place désormais le reste de la classe politique, toutes tendances confondues, devant ses responsabilités.        
José NAWEJ
Forum des As
Translate »