Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Incidents à l’arrivée à Goma d’un candidat à la présidentielle

Source: Romandie.com

– La police a tiré en l’air mercredi à Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo, pour disperser des partisans du candidat déclaré à la présidentielle Vital Kamerhe à son arrivée dans cette ville, a-t-on appris de sources concordantes.

Selon le maire de Goma (est, province du Nord-Kivu), des incidents ont éclaté entre supporteurs de M. Kamerhe et des militants du parti présidentiel -dont il a démissionné mardi pour entrer dans l’opposition et être candidat à la présidentielle de 2011-, les seconds accusant les premiers d’être des “traîtres”.

“Il y a eu des échauffourrées et des jets de pierre entre ces deux groupes, la police a dû éparpiller ces gens et tirer en l’air”, a déclaré à l’AFP le maire Roger Rachidi.

“M. Kamerhe avait prévu de faire un meeting sur une place du centre-ville, mais il n’a pas demandé l’autorisation. Je n’interdis pas les réunions politiques, les conférences de presse, mais je ne peux pas donner une autorisation de meeting à chaque parti qui vient ici, car il y en a plus de 400 en RD Congo”, a-t-il ajouté.

“Une rixe a éclaté entre deux groupes de jeunes motards dressés par le maire. Ils ont brûlé trois pneus et la police est intervenue pour les disperser et a tiré des coups de feu en l’air pour empêcher le rassemblement à la grande place de Goma où le président Kamerhe devait tenir un meeting”, a déclaré à l’AFP Claudel-André Lubaya, député proche de M. Kamerhe et présent à Goma.

Selon lui un camion s’est renversé et une personne a eu une jambe cassée et d’autres ont été blessées.

“Jusque hier (mardi) le meeting était autorisé mais ce matin, le maire l’a annulé et proposé qu’il ne se tienne plus à l’endroit prévu”, a affirmé le député.

Selon un correspondant de l’AFP, M. Kamerhe a également été empêché plus tard par la police et la garde républicaine (ex-garde présidentielle) de se rendre au gouvernorat, où il souhaitait saluer le gouverneur du Nord-Kivu.

Des policiers étaient présents mercredi après-midi sur plusieurs carrefours et places du centre-ville, a constaté ce correspondant.

M. Kamerhe, 51 ans, a annoncé mardi à Kinshasa sa démission du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), dont il était l’un des membres fondateurs, et de son mandat de député, pour se déclarer dans l’opposition au sein de son nouveau parti, l’Union pour la nation congolaise (UNC).

Il avait été le principal artisan de la victoire de Joseph Kabila à la présidentielle de 2006, dont il était le directeur de campagne.

Originaire de la province du Sud-Kivu (est), Vital Kamerhe avait été critiqué par son camp et contraint en mars 2009 à la démission de la présidence de l’Assemblée nationale, après avoir qualifié de “grave” l’entrée en janvier de la même année de troupes rwandaises dans l’est de la RDC pour une opération conjointe avec l’armée de Kinshasa contre les rebelles hutus rwandais, toujours actifs dans cette partie du pays.

© Copyright Romandie.com

Translate »