Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

france-a-paris-le-premier-salon-africain-de-lhabitat

France: à Paris, le premier Salon africain de l’habitat


Par
RFI

Publié le 18-11-2018
Modifié le 18-11-2018 à 13:28

Le Salon africain de l’habitat, se tient à Paris pendant ce week-end jusqu’à ce dimanche soir 18 novembre. C’est la première édition de cette manifestation que les huit pays francophones d’Afrique de l’Ouest organisent, dans la capitale française. L’événement est parrainé par la Côte d’Ivoire, avec une ambition, celle de favoriser le crédit immobilier.

Plusieurs promoteurs d’Afrique de l’Ouest proposent villas et appartements haut de gamme, ce week-end à Paris, principalement aux diasporas respectives, dans un marché où les taux d’intérêt des crédits immobiliers sont très élevés. Chacun des huit pays francophones de la région essaye de trouver la meilleure façon de favoriser l’accès des particuliers au crédit immobilier, comme des prêts sans intérêt au Mali.

« Le taux zéro au Mali, c’est un taux initié volontairement par le gouvernement de la République pour permettre à une frange importante de la population, à faibles revenus ou à revenus bas, d’accéder à un logement décent. Cela a un coût budgétaire énorme. C’est assumé. Pour le moment, nous tenons le coup », a expliqué Mohamed Moustapha Sidibé, ministre de l’Habitat et de l’urbanisme.

Au Sénégal, il n’y a pas de prêt immobilier sans intérêts mais le taux a été réduit pour les logements sociaux, selon le Ministre du renouveau urbain, de l’habitat et du cadre de vie, Diène Farba Sarr.

En Côte d’Ivoire, le niveau du taux d’intérêt des crédits immobiliers a diminué, ces dernières années, mais il partait de très haut, comme le souligne Bruno Koné, ministre de la Construction, du logement et de l’urbanisme. 

« Il fut un temps où il était aux environs de 16, 17 %. Heureusement, aujourd’hui, il a baissé autour de 9, 10 %. Certains vont jusqu’à 12 %. Notre ambition, c’est d’arriver à un taux maximum de 5,5 % », a précisé le ministre ivoirien avant d’ajouter que pour réduire les coûts des taux d’intérêt, les Banques ont cependant besoin de confiance.

Les établissements financiers facturent, par conséquent, le risque qui est encore trop important en Afrique de l’Ouest, avec notamment de nombreux contentieux liés à l’acquisition du foncier. 

Par ailleurs, l’une des raisons qui justifient des taux d’intérêt très élevés, c’est aussi parce que les crédits immobiliers sont accordés, en général, sur du court terme, entre cinq et dix ans.

Read More

Translate »