Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Des crapules au pouvoir en Afrique francophone

francophonie_dakar-Ne laissons pas ces vaincus de l’Histoire, porter atteinte à l’audace du nécessaire changement en Afrique
francophone! Les récents évènements en République démocratique du Congo (RDC) prouvent à suffisance
comment certains pouvoirs africains sont de véritables bandes organisées, sans scrupules, d’une période que
l’on croyait révolue. Un gouvernement qui organise une expédition punitive, avec des corps habillés munis
d’accélérant incendiaire et de fusils mitrailleurs, avec pour mission de mettre le feu au siège du principal parti
politique adverse, c’est encore et toujours du ressort de l’inimaginable dans le monde imparfait d’aujourd’hui.
Voyons voir! Le siège de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), principal parti d’opposition
congolais, incendié à Kinshasa au petit matin avec plusieurs morts à la clé et les mêmes destructions au siège de
deux autres partis politiques : les Forces novatrices pour l’union et la solidarité (Fonus) et le Mouvement lumumbiste
progressiste (MLP). Le choc vaut bien l’arrêt de tout effort de dialogue politique au Congo. C’est à croire que l’ombre
et les pratiques des anciens dictateurs planent toujours sur certains pays africains francophones.
Le quartier général du candidat Jean Ping à Libreville bombardé en pleine nuit et pris d’assaut par des hommes
cagoulés y faisant un indescriptible bain de sang comme jamais le Gabon n’en a connu. Le grand marché de Lomé
incendié et les coupables identifiés comme responsable –seulement quelques heures après, et tous des adversaires
de l’opposition au pouvoir togolais, le tout générant des vies brisées, des familles dévastées, des accusations
fantaisistes, et toujours une impunité récurrente machiavélique. C’est du n’importe quoi politique qui perdure en
un véritable « concentré électrisant de l’histoire et de la tragédie africaines » comme le dit le Vieux, GodwinTété.
Tout cela n’honore pas ces gouvernants qui ne veulent pas de l’alternance politique en Afrique, et jouent la brutalité
inconcevable pour confisquer les pouvoirs. Comme dans une Francophonie africaine, clairement « Il s’est produit
des violences en République démocratique du Congo qui sont inadmissibles, insupportables » rend compte et en
témoigne, sans détour, le président François Hollande au pied des Nations unies, à New York, ce 20 septembre
2016.
Ce jour-là n’est pas seulement historique parce que le premier président de race noire des États-Unis d’Amérique,
Barack Obama, prononce son dernier discours à la tribune de l’ONU alors que le jeune Premier ministre canadien,
Justin Trudeau, y livre sa toute première allocution. Ce jour du 20 septembre 2016 est mémorable parce que
l’enivrement par le pouvoir ainsi que la démesure et l’insatiabilité de deux mandats présidentiels ont fait perdre
pied à Joseph Kabila, présent lui-même à New York à l’Assemblée générale de l’ONU, et ses hommes de main restés
à Kinshasa pour veiller au grain et accomplir les basses besognes autant que toutes les vilenies et obscénités
politiques.
#OnDitQuoi : Rien qu’un chef d’oeuvre de la bêtise humaine
Aucune malédiction ne pèse sur la race noire. Insupportables et incapables sont devenus certains individus qui, par
le pur des hasards, se sont retrouvés à la tête de certains États en Afrique francophone pour mieux servir des
intérêts aussi obscurs que personne ne s’en réclame avec fierté .
Vestiges de ce qui est connu sous le nom de « Françafrique » et que l’essayiste camerounais Paul Heutching raffine
encore par le vocable « Françafricophonie », dans sa « Françafricophonie : la décolonisation par la recolonisation
perpétuelle », les agissements de ces chefs d’État africain « n’ont absolument rien à voir ni avec les gènes ou la
mélanine ni avec le ciel (les balivernes bibliques imbéciles écrites d’une diabolique main quelque part il y a des
milliers d’années –naissance de la Bible ou de ce qui est devenu la Bible- dans la région qui est devenue le Proche-
Orient). »
Avec de tels présidents africains, il est donc difficile de ne pas admettre que « l’interminable drame africain a
fonctionné et fonctionne comme un cancer [dont il faut se débarrasser]. Un chef d’oeuvre de la bêtise, de la
méchanceté et de la bestialité humaines sur lesquelles même le temps ne produit aucun effet correctif ».
Le défi est grand, dans tous ces cas particuliers. Il est bien africain, largement. Le défi est surtout celui de la
Francophonie, elle-même est devenue un vivier propice à toutes les monstruosités. Les photos que ces présidents
africains, francophones et bourreaux de leur peuple aiment afficher avec les chefs d’État et de gouvernement de la
Belgique, du Canada, de la France de la Suisse et autres, et même les douteux contrats et opportunités d’affaires
dont bénéficient certains malfrats de tous poils ont prouvé dorénavant l’insuffisance des seules images largement
diffusées des salutations protocolaires, à Montréal, New York, Paris ou ailleurs.
#EnFinirPourDeBon avec les trompeuses apparences
La Francophonie ne peut plus se contenter des apparences. Invariablement, les apparences sont toujours
trompeuses; et nous savons tous qu’elles ne révèlent pas la profondeur des crimes qui sont perpétrés pour
confisquer les pouvoirs au seul nom de la stabilité des relations ou encore sous le couvert de la sécurité en mers et
aux frontières.
Faute de démocratie, faute de gouvernants élus par les peuples et pour les peuples, les pays africains francophones
ne pourront qu’être des partenaires fragiles minant dangereusement leur rôle bilatéral et multilatéral à l’échelle
du monde, et partout sur le passage des dirigeants qui ne possèdent aucune légitimité. Que vaut un contrat ou un
accord signé avec un dictateur ou un président non élu par son peuple? Pas grand-chose! Il faut donc en finir avec
la complaisance entourant la non-démocratie institutionnalisée dans certains pays.
Aussi, dans la Francophonie d’ailleurs, l’Histoire joue en faveur de la démocratie; et la démocratie y aura le dernier
mot, pour en finir avec l’imposture qui semble s’éterniser au point de confisquer le bon sens et décrédibiliser les
autres dirigeants qui s’associent à l’indignité de la non-démocratie.
Comment alors ne pas convenir avec Kwame Nkrumah que : « Aucune race, aucun peuple, aucune nation ne peut
vivre et se faire respecter chez lui et à l’extérieur, sans la liberté politique. » C’est bien ce que les peuples
francophones africains attendent aussi de leur dirigeant et de leurs amis et partenaires. C’est bien pourquoi les
peuples africains francophones sont en éveil pour recouvrer leur dignité et en finir pour de bon, là où « les pratiques
politiques dans cette région sont des plus archaïques et parmi les plus dictatoriales de l’histoire du Continent noir »
selon les termes d’Alain Mabanckou.
On comprend bien pourquoi, sur les réseaux sociaux les mots-clics #BolloréAmiDesDictateurs #FreeGabon
#FreeKongo #FreeTogo sont devenus les cris de ralliement de toute une génération de révoltés et d’indignés
africains, désireux d’autre chose que la non-démocratie persistante. L’avenir de l’Afrique ne peut tout de même
pas être défini par de jeunes apprentis dictateurs, fils de leurs pères déjà rompus à la tâche de la diversion et de
l’invouloir. Ne laissons donc pas ces conservateurs, des vaincus de l’Histoire, porter atteinte à l’audace du
nécessaire changement au Togo, au Gabon, au Congo et partout ailleurs où besoin urgent de dignité nous attend
comme devoir commun de solidarité.
●22 septembre 2016●
Mots clé : Francophonie, Démocratie, Afrique
Pays : R. D. Congo, Gabon, Togo,

Pierre S. Adjété
Québec, Canada

 

 

Translate »