Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Ces avocats qui ont marqué 2014

robe-avocat-Pour la troisième année consécutive, “Jeune Afrique” dresse la liste des avocats d’affaires qui ont marqué l’actualité économique récente en Afrique francophone.

Pour la troisième année consécutive, Jeune Afrique dresse la liste des avocats qui ont marqué l’actualité économique récente en Afrique francophone. Cette liste (qui n’est pas un classement) distingue des associés pour des dossiers phares, sur lesquels – il faut le préciser – ils ont toujours travaillé en équipe. Les missions en conseil, en contentieux ou en arbitrage sont prises en compte, mais les dossiers d’arbitrage étant souvent confidentiels, quelques avocats pourtant incontournables cette année dans ce domaine ­- comme Emmanuel Gaillard de Shearman & Sterling – n’apparaissent pas ici.

Lire aussi :

Les 15 avocats d’affaires de 2013

Droit des affaires : les avocats africains montent en puissance

Jusqu’à quarante dossiers

Le fait qu’il se soit illustré dans une grande opération sur le continent ne fait pas nécessairement d’un cabinet un grand spécialiste de l’Afrique francophone.

Certains ne traitent qu’une poignée de dossiers concernant cette région du monde quand d’autres, tels que Linklaters, Herbert Smith Freehills ou Simmons & Simmons, en gèrent trente ou quarante chaque année. Toutefois, une chose est certaine : un nombre croissant de cabinets d’avocats ont mis l’Afrique au menu. Et certains comptent jusqu’à une cinquantaine de juristes (basés dans leurs différents bureaux à travers le monde) intervenant sur le continent.

Bataille vive

Dans ce contexte, la bataille pour recruter les talents reste vive : Roland Ziadé, actif dans plusieurs grands dossiers d’arbitrage impliquant l’Afrique, a ainsi quitté fin 2013 Cleary Gottlieb Steen & Hamilton pour Linklaters. L’avocat camerounais Jean-Jacques Essombè est passé de Heenan Paris à Orrick.

Mais ces cabinets se heurtent aussi aux difficultés liées à la pratique des affaires sur le continent. Cette année, Dentons a ainsi réclamé devant un tribunal américain dix millions de dollars à la Guinée pour des opérations de conseil non payées. Et qui a oublié que ce sont les activités louches en Afrique d’un ancien associé qui ont conduit à la disparition pure et simple du puissant cabinet canadien Heenan Blaikie en début d’année ?

Jeune Afrique

Translate »