Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

bresil-lamertume-de-rai-apres-la-prise-de-pouvoir-de-jair-bolsonaro

Brésil: l’amertume de Rai après la prise de pouvoir de Jair Bolsonaro

Rai, ancien capitaine du Paris Saint-Germain, s’est confié au quotidien L’Equipe après la victoire de Jair Bolsonaro lors de la présidentielle au Brésil, dimanche 28 octobre. Le vainqueur de la Coupe du monde 1994 dit toute son amertume et sa tristesse après l’arrivée de l’extrême droite au pouvoir au Brésil.

Rai, une des légendes du football brésilien, s’est confié au quotidien L’Equipe après l’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro dimanche 28 octobre avec 55,13% des voix face à Fernando Haddad du Parti des travailleurs, de Lula. Le discours sexiste, haineux, raciste et homophobe de Bolsonaro a choqué l’actuel directeur sportif du Sao Paulo FC.

« Je me suis senti triste »

« Après les résultats, je me suis senti triste et j’ai même eu très peur en voyant les réactions des gens qui célébraient la victoire d’un candidat qui a déjà manifesté des valeurs absurdes et répugnantes », confie Rai.

Mais l’ancien joueur de Botafogo est conscient que son pays traverse une crise politique sans précédent. Il y a deux ans, juste avant l’ouverture des Jeux olympiques de Rio, il avait confié que le Brésil devait faire sa révolution, comme la France en 1789. Mais celui qui se dit préoccupé par la crise économique au Brésil n’imaginait pas que cela passerait par l’arrivée au pouvoir d’une certaine forme de populisme.

« En moyenne, 25% de la population mondiale se dirige dans cette direction. C’est un chiffre impressionnant et préoccupant qui s’explique aussi par les échecs de la gauche démocratique et de la social-démocratie dans laquelle je m’inclus, analyse Rai. La gauche ne peut pas s’épargner une autocritique, elle doit se réinventer. Ce qui se passe au Brésil, c’est beaucoup plus que la victoire de la droite, c’est la défaite de la gauche. Et c’est quelque chose qui doit être analysé de façon plus profonde. Peut-être que nous devons réinventer la nouvelle révolution humaniste, sans perdre l’essence de son idéologie. »

« Il faut une résistance ferme de la société civile et de l’opposition »

Dans cet entretien, Rai explique que des millions de Brésiliens se sont sentis trahis. « Cette sensation a provoqué une volonté terrible de changement, parfois guidée par la haine. Ça a même troublé les valeurs essentielles de la démocratie et les valeurs nobles de l’être humain… Je n’ai aucun doute sur le fait que beaucoup de Brésiliens ne croient pas que le nouveau président ira mettre en pratique les terribles préjugés inacceptables dont il a parlé en public. J’espère qu’ils auront raison… », dit-il.

Mais l’ancien footballeur, qui a tenté en vain de convaincre les électeurs indécis, sait qu’il faudra rester vigilant. « Il faut une résistance ferme de la société civile et de l’opposition qui devra être attentive, qui devra agir intelligemment et, si c’est possible, devra agir avec amour de son prochain… C’est une notion essentielle ». Il ajoute : « Je ne fais pas l’apologie du communisme, mais plutôt d’un nouvel humanisme démocratique, inclusif et durable. On doit chercher un nouveau modèle de gauche qui soit efficace et qui nous représente. Il nous faut aussi de nouveaux leaders. »

Où est l’héritage de Socrates ?

A la question de savoir pourquoi si peu de footballeurs brésiliens en activités ou retraités ne se sont pas positionnés contre Bolsonaro, Rai répond : « Je pense que c’est à cause d’un manque de culture, de culture politique aussi. Ils ne s’expriment pas par scepticisme, ils ont peur de l’agressivité du public et parce qu’ils se sentent en minorité au milieu des footballeurs. » Avec lui, seuls Juninho et Paulo André ont exprimé leur désaccord face à Bolsonaro.

Et que pense-t-il de ceux qui ont affiché leur soutien à Bolsonaro, à l’instar de Ronaldinho, Rivaldo ou Felipe Melo ? « Ils le soutiennent, car ils croient en un pays meilleur avec lui. Le football est un reflet de la société. En particulier son côté conservateur et méfiant ».

Où est l’héritage de votre frère, Socrates* ? Comment aurait-il réagi face à cette vague d’extrême droite ? demande le quotidien sportif français. « J’ignore comment il aurait réagi, mais il l’aurait fait avec force, avec vigueur. Il était et restera à tout jamais un mythe, une inspiration pour la démocratie et la liberté », répond le natif de Ribeirão Preto à propos de son frère aîné.

Rai, qui a aussi la nationalité française depuis 2016 et qui a été fait chevalier de la Légion d’honneur par l’ancien président François Hollande,  n’entend pas pour autant quitter son pays et ses compatriotes. « J’ai l’honneur d’être un citoyen français, de me sentir un citoyen du monde, mais mon âme est irrémédiablement brésilienne. Je serai toujours ici pour croire que nous pouvons devenir un pays meilleur », conclut un des plus grands joueurs du Paris Saint-Germain.

* Décédé en 2011, Socrates s’était engagé politiquement en faveur de la démocratie à la fin de la période de la dictature militaire (1964-1985).

Chronologie et chiffres clés

Read More

Translate »