Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Au-delà de l’embellie diplomatique: Révélations sur la rencontre hier entre Kabila et Uhuru Kenyata !

kabila_uhuru_kenyata_0-La Rdc n’a jamais été aussi proche de la pacification de l’Est de la République. La débandade des hommes du M23 après la contre offensive des Fardc a remis en cause tous les agendas. Raison pour laquelle, Kigali voyant venir le danger, a accusé les Fardc en complicité avec les casques bleus de la Monusco d’avoir bombardé deux de ses villages.
La Monusco et le gouvernement congolais ont rejeté ces accusations.
Le ministre Lambert Mendé a dénoncé une « agitation » de « ceux qui étaient habitués à entrer au Congo comme un couteau entre dans du beurre, sans aucune résistance ».
Il nous revient, cependant, d’apprendre que les pressions de tout genre sont faites sur le gouvernement congolais en vue de privilégier les négociations de Kampala afin de trouver une solution de compromis qui passerait vraisemblablement par la réintégration d’éléments du M23 les Fardc et autres institutions de la République.
La preuve, c’est que dans la contre-offensive des Fardc après les provocations du M23, la force de la brigade d’intervention n’a pas accompagné les forces loyalistes. Elle a affirmé poursuivre son déploiement à l’Est et qu’elle n’a pas encore atteint sa capacité totale en nombre ou en équipements.
Elle est autorisée à effectuer des patrouilles pour sécuriser et protéger les populations des zones en proie à la guerre. Nul n’est besoin de rappeler que la brigade spéciale de la Monusco reste suspendue aux conclusions des pourparlers de Kampala.
Raison pour laquelle le nouveau président kényan Uhuru Kenyata a fait le déplacement d’hier à Kinshasa. Même s’il a évoqué avec son homologue congolais les relations de coopération entre Kinshasa et Naïrobi, la guerre de l’Est a occupé une bonne place dans l’entretien avec les deux chefs d’Etat.
Le président kényan aurait demandé à son homologue de mettre fin à l’offensive des Fardc afin de donner des chances aux négociations de Kampala.
Les populations du Nord-Kivu et de toute la République ne l’entendent de cette oreille. Elles souhaiteraient qu’il soit mis fin définitivement au cycle des “négociations réintégrations rébellions” en encourageant les Fardc sur la ligne de front.

De l’intox

L’ennemi recourt aussi à l’intoxication pour démobiliser la population et les Fardc. C’est ainsi qu’un groupe de jeunes et des motards ont pris d’assaut la route Katindo-Sake peu avant midi hier pour contester une éventuelle relève du commandant des opérations militaires des FARDC.
Ils ont barricadé la route au niveau du camp Katindo à l’ouest de Goma, bloquant la circulation aux populations. Dès que la police a commencé à disperser les manifestants, un mouvement similaire a éclaté sur la route de l’aéroport.
Le commandant des opérations militaires des Forces armées de la RDC, le colonel Mamadou Ndala se trouve bel et bien au front au Nord de Goma et n’a pas été rappelé à Kinshasa. Il a lui-même démenti la rumeur répandue le jeudi 18 juillet dans la mâtiné à Goma sur sa relève par la hiérarchie militaire.

Le gouvernement est formel

Dans un communiqué du gouvernement parvenu hier à notre rédaction, l’Exécutif de la République est informé des rumeurs malveillantes insinuant que deux officiers des FARDC assumant des responsabilités de commandement au Nord Kivu et en charge du front près de Goma ont été rappelés à Kinshasa.
Cette information est fausse et relève de la pure intoxication de la part des forces ennemies qui, en difficulté, tentent ainsi de démobiliser les vaillantes troupes des FARDC, dont le comportement de bravoure désarçonne les agresseurs.
LP
Le palmarès

Translate »