Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

Au Brésil, une discothèque brûle: de très nombreux morts

Discothèque au Brésil. Entre 1000 et 2000 personnes se trouvaient à l'intérieur de la boite de nuit de Santa Maria. AFP PHOTO
Discothèque au Brésil. Entre 1000 et 2000 personnes se trouvaient à l’intérieur de la boite de nuit de Santa Maria.
AFP PHOTO

-Au Brésil, un incendie s’est déclenché ce dimanche 27 janvier dans une discothèque de l’extrême sud du pays, à Santa Maria. La police vient de fournir un dernier bilan: il y a déjà 232 décès confirmés. Selon les premiers éléments de l’enquête, c’est un spectacle pyrotechnique improvisé qui aurait provoqué l’incendie. La présidente Dilma Roussef s’est rendue sur les lieux du drame.

Avec notre correspondant à Rio de Janeiro, François Cardona

Le feu a débuté vers deux heures du matin dans cette boîte de nuit du sud du pays alors qu’une fête universitaire y battait son plein. Il a fallu plus de trois heures aux pompiers de cette petite ville de Santa Maria pour éteindre les flammes. Les services de sécurité sont encore en train de dégager les corps des victimes des décombres. Leur nombre est encore incertain (232 décès confirmés selon la police, dimanche en fin d’après-midi) et il va augmenter très certainement. La boîte de nuit menace à présent de s’effondrer.

Selon les premiers éléments de l’enquête, c’est un spectacle pyrotechnique improvisé qui aurait provoqué l’incendie. Le chanteur du groupe, qui jouait en live, aurait allumé à l’intérieur de l’établissement une torche comme celle que les supporteurs utilisent dans les stades. Le polystyrène qui sert à l’isolation acoustique collé au plafond aurait immédiatement pris feu provoquant des fumées toxiques.

La panique s’est alors emparée de la foule. Entre 1 000 et 2 000 personnes, des adolescents pour la plupart, se trouvaient à l’intérieur de la discothèque au moment du drame. Ils ont tenté de se ruer vers les sorties de secours « se piétinant les uns les autres », selon les mots du colonel des pompiers de cette petite ville de Santa Maria. Une grande majorité des victimes aurait été asphyxiée par des fumées toxiques.

Une morgue improvisée a été installée dans le gymnase de la ville. La mairie est en train de recruter des médecins et des infirmières volontaires pour venir en aide aux centaines de blessés.

La présidente Dilma Roussef a annulé un déplacement officiel au Chili où elle devait participer à un sommet Amérique latine-Union européenne, pour se rendre sur place.

« Le peuple brésilien a besoin de moi. C’est ici que je dois être. Dans ce moment de tristesse, nous devons rester solidaires. Nous surmonterons cela, sans aucun doute. Nous allons juste garder notre tristesse », a déclaré la chef d’Etat, très émue.

Par RFI

Translate »