Makolo Digital Tele- LAVDCONGO

ANGOUILLE SOUS ROCHE DANS LES REFOULEMENTS DES CONGOLAIS DE BRAZZAVILLE : LES SERVICES DE SECURITE CONGOLAIS DEVRAIENT OUVRIR LE BON ŒIL

refoules-Depuis le 4 avril 2014, il se réalise des expulsions des Congolais kinois de la République populaire du Congo dit Congo-Brazza. Si dans le lot de 154 premiers refoulés, se trouvaient des Kulunas qui ont fui loin de Kinshasa pour échapper à l’opération « Likofi I » par laquelle ils étaient traqués, tel n’est plus le cas d’autres vagues de refoulés qui déferlent sur Kinshasa par la suite. Outre que l’on stigmatise les cas de vols, viols, brimades et bien d’autres formes de barbaries contre les Congolais kinois, le grand nombre de refoulés qui s’élève aujourd’hui à plus de 3.000 depuis le début de l’opération intrigue. Toutes les catégories de Congolais sont concernées si bien que l’on ne parle plus de catégorie cible et cela donne matière à réflexion.

Quelques considérations historiques

Elles permettent de comprendre ce qui se passe et de se projeter sur ce qui pourrait advenir de ces refoulements.

Déjà au lendemain de la révolution du 17 mai 1997, un reste de militaires des FAZ, Forces armées zaïroises, avait traversé le fleuve pour s’établir à Brazzaville. Des obus même étaient tirés sur Kinshasa depuis Brazzaville. Provocation à laquelle les FAC, Forces armées congolaises de l’époque, n’avait pas répondu.

Plus tard, des FAZ ont aidé Sassou Ngwesu à reprendre le pouvoir par la force au CongoBrazza. C’est donc dire que Congo Brazzaville est le refuge de bien d’éléments ex-Faz dont le rapatriement a eu à poser problèmes il y a quelques années. Un certain nombre d’entre eux sont rentrés au pays alors que d’autres ont préféré élire domicile au Congo-Brazza.

Honoré Nbganda et Faustin Munene ont eu aussi pour repaire le Congo-Brazza d’où ils provoquaient le pouvoir kinois. Même si le gouvernement congolais s’était plaint pour que Faustin Munene lui soit livré et que le calme s’était établi par la suite, tout est possible. Et Faustin Munene n’avait jamais été livré à la RDC.

Les éléments INYELE qui, lors de la première mandature de Kabila, voulaient s’emparer de la province de l’équateur seraient venus aussi du Congo-Brazza.

Il y a peu, le rapprochement entre Kigali et Brazza s’est réalisé à merveille si bien que même une ligne aérienne a été inaugurée le 6 mai 2013 entre Kigali et Brazza. Pourtant, Kigali est connu pour être grand artisan de la déstabilisation manu militari de la RDC.

La sonnette d’alarme

Tenant compte de ces antécédents, les analystes sonnent l’alarme. Pour eux, un problème sécuritaire pourrait, au lendemain de ces expulsions, survenir en RDC. Des fractions réactionnaires des Congolais de la diaspora et bien d’autres sensibilités politiques ont toujours conseillé la rébellion armée pour déchoir Kabila. Incapable de réussir à l’est de la RDC, Kigali peut aussi choisir d’opérer à partir de l’ouest comme il l’avait d’ailleurs déjà fait en août 1998 à partir de la province du Bas-Congo.

Il est ainsi possible pour tous ces ennemis du pouvoir kinois d’infiltrer leurs militaires parmi les refoulés qui entrent en territoire kinois. Si les services de sécurité de la RDC peuvent bien se pencher sur ce cas pour qu’aucune mauvaise surprise n’arrive au pays. D’ailleurs, il faut renforcer les mesures sécuritaires comme le référendum pour la révision constitutionnelle qui se pointe à l’horizon et dont les opposants au régime ne sont pas d’accord, passant outre les principes démocratiques.

La sagesse tirée de la comparaison peut aussi aider. La guerre a commencé avec des mouvements humains et depuis l’arrivée massive des hutus au Nord-Kivu, l’est de la RDC est entrée dans un long cycle des guerres et dans un guêpier durant lequel se sont réalisés les pillages des richesses de la RDC et le génocide congolais.

Il convient ainsi donc de veiller pour que ces vagues des Congolais qui sont refoulés de Congo-Brazza ne fassent entrer des militaires qui vont déstabiliser la RDC par la suite. Il y a certainement anguille sous roche dans les refoulements des Congolais kinois du Congo-Brazza surtout quand ces refoulements s’étendent dans tout Congo-Brazza. C’est indubitablement un prétexte pour faire renter n’importe qui au Congo-Kinshasa si bien les services de sécurité de la RDC doivent ouvrir l’œil et le bon.

MAPAMITIBA

Translate »